Forum ufologique

Ce forum est très riche en documentations et en informations sérieuse et crédible sur le sujet des ovnis/extraterrestres.
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Extrait du livre : "Dossier Extraterrestres – l'affaire des enlèvements" par John E.MACK, professeur de psychiatrie à Harvard (Prix Pulitzer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Extrait du livre : "Dossier Extraterrestres – l'affaire des enlèvements" par John E.MACK, professeur de psychiatrie à Harvard (Prix Pulitzer)    Sam 11 Sep - 22:58



Psychiatrie et RR4 - John Mack
1ère partie

Extrait du livre :



"Dossier Extraterrestres – l'affaire des enlèvements"
par John E.MACK, professeur de psychiatrie à Harvard (Prix Pulitzer)
aux éditions "FOCUS - Presses de la cité"

----------------------------------------------------------------------------------


Enlèvement ovni : une introduction

Au cours de mes quarante années d'exercice comme psychiatre, rien ne m'avait préparé à ce que je dus affronter en rencontrant des patients qui me révélèrent avoir vécu des expériences d'enlèvement extraterrestre. Durant toutes ces années de travail psychiatrique et psychanalytique auprès d'adultes ou d'enfants, je m'étais bien rendu compte que mon point fort consistait à distinguer les états mentaux et à évaluer la nature ainsi que la signification du discours tenu par les patients. Pourtant je me retrouvai cette fois-là face à des individus qui – pour obéir aux concepts communément admis qui définissent la réalité – ne pouvaient pas exister. Ce livre est donc un document relatant mes investigations auprès des "kidnappés", ou victimes d'enlèvement extraterrestre, ou encore "expérimentateurs" comme on les appelle parfois. Mais ce seul terme de "kidnappé" ne laisse rien exsuder de la réalité physique qui se cache derrière une telle expérience individuelle. J'aurais plutôt tendance à suivre l'usage conventionnel que je n'ai guère envie d'abandonner tant qu'une terminologie plus appropriée ne me sera pas proposée.

C'est en janvier 1990 que je fus initié par Budd Hopkins aux phénomènes d'enlèvement. Budd Hopkins est un artiste new-yorkais qui a eu l'opportunité de travailler avec des kidnappés pendant une période de plus de dix ans. Ce qui me frappa tout d'abord dans les cas rencontrés chez Hopkins, puis à mon propre cabinet, ce fut la cohérence des histoires racontées par ces gens qui ne se connaissaient pas entre eux, qui avaient longuement hésité avant de se présenter et qui redoutaient par-dessus tout le discrédit et le ridicule qui les avaient accueillis par le passé lorsqu'ils avaient tenté d'aborder ce sujet. De plus, rien à ce jour n'a été écrit ou montré, dans les médias, de ces informations rapportées par les kidnappés : moyens de transport vers le vaisseau spatial et retour, description de l'intérieur des vaisseaux eux-mêmes et procédures auxquelles se livrent les extraterrestres au cours de ces opérations d'enlèvement de personnes humaines. Finalement, aucun de ces patients ne manifestait de symptômes qui auraient pu être la signature de dérangements mentaux, sauf à un niveau secondaire, autrement dit, s'ils étaient victimes d'un "trouble" quelconque, celui-ci était la conséquence de ce qui semblait leur être arrivé. Rien ou presque ne permettait de classer leurs récits dans la catégories des hallucinations, des interprétations oniriques ou des produits de l'imagination.

Aucune personne que je rencontrai alors, et au cours des mois qui suivirent, ne ressemblait non plus à ces mythomanes qui concoctent des contes fantastiques dans des buts personnels. Bref, les expériences rapportées possédaient toutes les caractéristiques d'événements réels : narration extrêmement détaillées qui, au premier abord, ne semblaient pas renfermer de structure symbolique évidente ; intenses traumatismes émotionnels et physiques, avec parfois des petites lésions apparentes sur le corps des victimes ; logique et cohérence des récits jusque dans le moindres détails. Mais si ces expériences étaient, d'une quelconque manière "réelles" cela soulevait de nouvelles questions, et de taille ! D'abord, est-ce que ce phénomène se produisaient souvent ? Si c'était le cas, qui était en mesure de prendre soin des victimes, de leur proposer une assistance d'ordre psychologique et de leur prodiguer un traitement adéquat ? Quelle était la réponse des médecins spécialisés dans les problèmes des traumatismes mentaux ? Et surtout qui était à la source des enlèvements ? C'est à toutes ces questions, et à bien d'autres également, que nous allons essayer de répondre dans ce livre.

En l'espace de trois ans et demi, c'est à dire jusqu'à fin 1992, j'ai pu ainsi travailler avec plus de cent individus dont il m'appartenait d'analyser les expériences de kidnapping extraterrestre ou d'autres phénomènes "anormaux". Parmi ces personnes, soixante-seize répondirent à mes sévères critères selon lesquels j'avais effectivement affaire à un cas d'enlèvement extraterrestre (en tout quarante-sept femmes et vingt-neuf hommes, dont trois jeunes garçons de huit ans et moins, dans une tranche d'âge allant de deux à cinquante-sept ans) : remémorisation consciente et spontanée, ou à l'occasion de séances d'hypnose, d'avoir été enlevé par des créatures extraterrestres et emmené dans un étrange engin ; ces récits s'accompagnant d'une charge émotionnelle appropriée et non pas d'un état mental qui aurait justifié ce type d'imaginaire. Avec quarante-neuf de ces personnes, je me suis livré à des séances d'hypnose personnalisée, ou de relaxation (entre une et huit), chaque séance durant plusieurs heures, ce qui m'a permis de mettre au point une approche thérapeutique que je vais brièvement décrire ici.

En dépit de ma profonde admiration et du respect immense que je voue à des pionniers dans ce domaine tels que Budd Hopkins, qui ont eu le courage d'enquêter, d'étudier, d'analyser et de communiquer le résultat de leurs travaux à l'encontre de toute notre culture et de tous nos systèmes de pensée, je me devais de présenter dans ce livre mes propres investigations cliniques. Le sujet qui nous occupe fait, en effet, l'objet de tant de controverses qu'aucune autorité scientifique reconnue ne s'est aventurée à analyser ou à développer ce qui pourrait me servir aujourd'hui à étayer mes arguments ou mes conclusions. Par conséquent, je ne peux qu'exposer ce que j'ai appris petit à petit, sur le tas, avec chacun des cas qui se sont présentés, et formuler seul mes interprétations comme mes conclusions sur la base de ces mêmes informations.

Les énergies et les émotions qui traversent et bouleversent ces personnes au moment où elles font le récit de leur drame ont une intensité comparable à nulle autre que j'ai pu rencontrer à ce jour dans mon travail de thérapeute. L'immédiateté de ma présence, de mon soutien et de ma compréhension est devenue une nécessité absolue et prioritaire dans ce que je peux appeler un nouveau travail thérapeutique, et cela m'a beaucoup influencé à tous égards. En outre, il m'a fallu admettre que ces phénomènes d'enlèvement avaient d'importantes implications philosophiques, spirituelles et sociales. Mais surtout cette recherche, bien davantage que toutes celles que j'ai entreprises jusqu'à présent, m'a amené à réviser complètement ma vision du monde et le sens que j'avais des réalités depuis mon enfance et que je m'efforçais de suivre docilement dans mon comportement de scientifique et de clinicien.

Bien sûr, il existe d'autres phénomènes qui ont permis à l'esprit humain de tirer le signal d'alarme et de défier un certain temps la version purement matérialiste des faits. Parmi ces phénomènes, citons les expériences de gens qui reviennent des premiers états de la mort, les différentes pratiques de méditation, l'utilisation de substances psychédéliques, les parcours chamaniques, les états extatiques par la danse ; les rituels religieux, et mille autres pratiques qui sont destinées à ouvrir l'être à d'autres états de conscience que ceux qui interviennent dans notre vécu ordinaire. Mais aucune de ces approches, à mon sens, ne nous tient aussi puissamment le langage de ce que nous connaissons le mieux, c'est à dire le monde matérialisé. Car en effet, le phénomène de l'enlèvement vient nous chercher, si l'on peut dire, là où nous nous trouvons ! Il fait irruption sans ménagement dans notre monde physique, qu'il appartienne lui-même ou non à ce monde-ci. Son pouvoir de nous atteindre et d'altérer notre conscience est, par conséquent, potentiellement immense. Je discuterai de toutes ces questions au cours des analyses qui vont suivre et qui font la matière de cette étude. Mon chapitre de conclusion tentera aussi d'apporter quelques réponses à ces interrogations.

Problème important concernant ces phénomènes d'enlèvement : ces phénomènes sont-ils nouveaux – associés aux "soucoupes volantes" et autres ovnis (objets volants non identifiés) observés depuis les années 40, et à la découverte, dans les années 60, que ces vaisseaux venus d'ailleurs avaient à leur bord des "occupants" – ou bien s'agit-il du chapitre moderne de la longue histoire, qui remonte à l'Antiquité, des relations de l'humanité avec des véhicules et des êtres venus de l'espace ? De nombreux chercheurs ont spéculé sur le fait qu'étant donné le caractère hautement technologique de ces rapports, le phénomène pourrait bien être spécifiquement lié à l'Occident moderne et inconnu des cultures primitives. Nous aborderons ces problèmes dans l'appendice B.



Qui sont les victimes d'enlèvements ?

Malgré tous les efforts qui ont été déployés à ce sujet, il a été pratiquement impossible jusqu'à ce jour de rassembler les caractéristiques des kidnappés dans un groupe homogène. Au contraire, ces personnes semblent issues de toutes les couches de la société. Pour ma part, j'ai eu affaire à des étudiants, des femmes au foyer, des secrétaires, des écrivains, des gens de la finance ou de l'industrie, des professionnels de l'informatique, un gardien de prison, un acupuncteur, une assistante sociale, un ingénieur du gaz. D'abord il m'apparut que la classe laborieuse était davantage représentée, mais très vite j'ai compris que cela était dû au fait que les gens économiquement et socialement moins favorisées avaient moins de pudeur à aborder ces problèmes. En effet, inversement, les victimes jouissant d'une situation professionnelle ou politique importante craignent beaucoup plus d'être humiliées ou rejetées pour avoir fait de telles révélations, avec tout ce que cela impliquerait comme conséquence sur leur existence. Un homme avec qui j'avais travaillé me laissa un numéro de téléphone et un numéro de boîte postale dans une ville où il n'habitait pas ! Il ne m'a pas dit non plus son vrai nom tant qu'il n'a pas eu une totale confiance en moi. Dans le milieu ufologique, on a bien connu une célèbre figure de la politique ; témoin d'enlèvement extraterrestre bienveillant envers nos recherches, il mit cependant tout en œuvre, comme on sait si bien le faire dans son milieu, pour éviter d'être identifié publiquement et s'exposer aux ennuis que cela entraînerait aussitôt pour lui.

Etablir un schéma psychopathologique autre qu'un inventaire de troubles liés à un traumatisme n'a pas été non plus une réussite. Les tests psychologiques appliqués aux victimes d'enlèvement n'ont révélé aucun dérangement mental ou émotionnel qui aurait pu expliquer la nature de ce qu'elles racontent. Mes propres cas démontrent, dans une écrasante majorité, que la santé mentale et l'adaptation émotionnelle étaient au rendez-vous. Quelques victimes sont des individus de très haut niveau, qui semblent avoir uniquement besoin d'un petit coup de pouce afin d'intégrer ces expériences d'enlèvement dans leur vécu. D'autres, en revanche, se trouvent complètement submergées par le traumatisme et les implications philosophiques qui se sont alors imposés à elles ; ces personnes nécessitent des soins intensifs, une aide émotionnelle et psychologique appropriée et de multiples conseils pour surmonter l'épreuve.

La mise en œuvre de tests psychométriques réclame du temps et des moyens. J'ai fait en sorte que quatre de mes patients puissent subir ces tests auprès de grands spécialistes. Un homme de vingt et un ans, que je savais très perturbé – et l'un des deux seuls qui durent être hospitalisés pour des raisons psychiatriques parmi mes soixante-seize cas – donna une image très complexe de son trouble émotionnel et cérébral, dont on ne sut déterminer si la cause ou l'effet pouvait être en relation avec des expériences d'enlèvement. Les trois autres personnes qui subirent également ces tests n'avaient pas de problèmes psychopathologiques particuliers.

Personne non plus n'est encore parvenu à découvrir s'il existait une personnalité type spécifiquement visée par les enlèvements. Le psychologue Kenneth Ring a émis l'idée d'un type de personnalité propre à vivre ces rencontres extraterrestres, la tendance d'un individu précédemment touché par des expériences inhabituelles à rester naturellement ouvert à toute expérience du même genre dans l'avenir. Mais, comme dans toute hypothèse, à propos des personnalités des victimes de kidnapping, il est important de garder à l'esprit que de nombreuses "rencontres" ont eu lieu extrêmement tôt ou au cours de l'enfance, s'adressant parfois à des enfants n'ayant pas plus de deux ans et, qui plus est, capables d'en témoigner ! J'ai parmi mes patients deux garçons de moins de trois ans. Cause ou effet ? Dans toutes ces questions relatives à l'impact des enlèvements sur les individus ou sur cette "propension" qui rendrait un individu plus susceptible de "recevoir" ce type d'expérience, je crois qu'il est, en tout cas, virtuellement impossible de dire comment et où se situe l'élaboration de la personnalité de la victime.

De même, il nous a été difficile de tracer un schéma familial qui nous semblât plus précisément destiné à attirer les phénomènes d'enlèvement. Au début de mes enquêtes, j'ai été frappé par le fait que de nombreuses victimes soient issues de familles de divorcés ou bien aient eu un ou plusieurs parents alcooliques. Mais certains cas présentaient une situation absolument inverse : leurs familles étaient parfaitement unies et fonctionnaient bien. Je remarque qu'entre quelques-uns de mes patients et leurs parents, le courant ne passe pas merveilleusement et les patients se plaignent de la froideur et du manque d'affection dont ils font l'objet. Selon certains comptes rendus de victimes, une extraterrestre femelle s'était présentée à eux en leur disant qu'elle était leur vraie mère ; mes patients avaient éprouvé le sentiment confus mais profond que cela pouvait être vrai, autrement dit qu'ils n'étaient pas "d'ici", que leurs père et mère terrestres n'étaient en fait pas leurs vrais parents. Je peux citer plusieurs cas où, dans une même cellule familiale, un des enfants, victime d'enlèvement extraterrestre, semble mieux réussir dans la vie que ses frères et sœurs, parce qu'il reçoit en permanence des extraterrestres eux-mêmes davantage d'amour et d'affection. Il apparaît que dans les cas d'abus sexuel, par exemple, les extraterrestres s'intéresseraient à la douleur humaine et interviendraient en jouant un peu le rôle de guérisseurs ou de thérapeutes. Toute information qui pourrait nous aider à étayer cette hypothèse sera la bienvenue.

En fait, j'ai le sentiment que les kidnappés forment un groupe de gens inhabituellement ouverts, réceptifs et intuitifs, supportant mal l'autoritarisme social, et suffisamment souples pour accepter la diversité des expériences, même les plus insolites, pour eux-mêmes comme pour les autres. Certains de mes patients m'ont fait part d'une variété étonnante d'expériences psychiques, qui n'a pas manqué d'être également remarquée par les autres chercheurs. Mais là aussi, méfions-nous des idées préconçues relatives aux effets produits par une expérience d'enlèvement et veillons à bien les analyser en même temps que la catégorie des gens qui s'est d'abord présentée à moi et le résultat de mes travaux. Des mesures subtiles, telles que les tests d'ouverture d'esprit, d'intuition ou d'aptitude psychique, et qui pourraient nous amener à définir un groupe de vrais kidnappés par opposition à un autre qui n'en serait pas, ont déjà été développées et appliquées dans le domaine qui nous occupe.

La littérature traitant des enlèvements extraterrestres a souvent fait un rapprochement entre ces phénomènes et les cas d'abus sexuels. Mais ici deux erreurs liées au défaut de remémorisation des expériences traumatiques, ou l'inverse – certaines expériences traumatiques (kidnapping) ouvrant la psyché aux souvenirs de traumatismes d'un autre ordre (abus sexuel) -, peuvent conduire à se fourvoyer en mettant trop l'accent sur ce rapprochement. J'ai travaillé avec une femme, par exemple, qui s'était rendue chez un talentueux psychothérapeute pour des problèmes qu'elle pensait liés à un supposé abus sexuel incestueux. Plusieurs séances d'hypnose ne purent mettre en évidence cet événement comme origine des troubles de la patiente. Mais durant une séance, cette dame se souvint qu'un ovni avait atterri près de sa maison lorsqu'elle n'avait que six ans ; des extraterrestres sont sortis de l'engin et l'avaient emmenée à bord. Pour la première fois, elle éprouva de puissantes émotions, et tout particulièrement de la peur, durant toute l'heure que dura la séance. Le thérapeute qui me parla de cette dame me dit qu'elle était "neuve", c'est à dire peu familiarisée avec ces phénomènes d'enlèvement et qu'elle ne soupçonnait pas avoir vécu une telle aventure. Je ne connais aucun cas parmi mes patients, ni parmi ceux d'autres confrères où un individu ait masqué sous un enlèvement extraterrestre une histoire d'abus sexuel ou toute autre cause traumatique. En revanche, le cas s'est souvent présenté où une histoire d'enlèvement extraterrestre était apparue derrière un travail d'investigation concernant un traumatisme a priori d'ordre sexuel ou violent.

L'abus sexuel semble une forme de la douleur humaine profonde qui, du moins selon le point de vue de la victime, aurait conduit les extraterrestres à intervenir d'une manière protectrice et thérapeutique. Une femme de trente-cinq ans, par exemple, s'est rappelée consciemment avoir été violée par son père à l'âge de quatre ans et s'être ensuite sauvée jusque dans la cave pour sangloter. Plusieurs extraterrestres familiers – elle se rappelait ces "rencontres" depuis qu'elle avait quatorze mois – "vérifièrent si j'avais été blessée, parce que j'avais très mal", raconte-t-elle, lui trouvèrent des sous-vêtements qui "ne lui allaient pas" et lui rattachèrent ses sandales.
On n'a pas manqué non plus de tenter d'effectuer des rapprochements entre les phénomènes d'enlèvement et d'éventuels rites sataniques à caractère traumatisant ou divers troubles de la personnalité qui, comme dans le cas d'abus sexuel, proviennent de traumatismes psychologiques dans lesquels intervient un mécanisme de dissociation. Mais il est important de se rappeler que la dissociation de la personnalité est un moyen pour l'individu de supporter une expérience traumatisante : grâce à cette "coupure", une partie de l'être peut tenir à distance de la conscience les émotions négatives liées au traumatisme originel, permettant au reste de la psyché de fonctionner à peu près normalement. La "dissociation" en elle-même ne donne aucune indication sur la source ou le contenu du traumatisme incriminé. Les kidnappés de l'espace ont l'habitude d'utiliser ce système – la dissociation – pour parvenir à vivre avec leurs expériences terrifiantes, c'est à dire pour les occulter et les empêcher de venir affleurer à la conscience, et je dirai même que cette méthode psychologique de sauvegarde est monnaie courante chez ces personnes. Mais que les victimes d'enlèvements emploient ce type de stratégie défensive ne nous donne pas pour autant la nature de l'expérience traumatisante originelle. Il me semble parfois que dans nos métiers de thérapeutes du mental, nous faisons office de généraux d'arrière-garde, employant un arsenal datant de la dernière guerre aussi bien pour nos diagnostics que pour nos méthodes de guérison, alors qu'il s'agit toujours d'un conflit nouveau, aux données mystérieuses parce qu'encore ignorées, qui lance un phénoménal défis à notre mode même de pensée !…

Les premiers cas qui me furent envoyés au cours du printemps 1990 confirmèrent ce que Hopkins, John Carpenter et d'autres pionniers avaient déjà découvert concernant ces phénomènes d'enlèvements extraterrestres. Mes patients racontèrent qu'ils avaient été enlevés contre leur gré par des extraterrestres en passant parfois à travers les murs de leur maison ; puis ils avaient été soumis à diverses procédures très élaborées, dont l'objectif semble être essentiellement la reproduction. Pour quelques-uns, il est arrivé que des témoins indépendants aient constaté l'absence physique de la victime pendant la durée de l'enlèvement. Aucune de ces personnes ne souffrait de trouble psychologique manifeste, excepté des effets propres à l'expérience d'enlèvement elle-même, et toutes racontèrent avec une puissance d'émotion remarquable ce qui avait été une expérience réelle et épouvantable. En outre, ces expériences étaient parfois associées à des observations de phénomènes d'ovnis de la part d'amis, de membres de la famille ou de personnes du voisinage, y compris des reporters et des journalistes ; fréquemment également, à l'issue de ces expériences, les victimes conservent des marques physiques sur le corps, comme des entailles, de petits ulcères qui guérissent généralement rapidement sans obéir apparemment à un schéma psychodynamique identifiable tel que, par exemple, le stigmates religieux.

En somme, j'avais affaire à un phénomène qui ne pouvait trouver une explication psychiatrique et qui pourtant demeurait tout simplement impossible pour nos pensées occidentales et le point de vue scientifique y régnait.



Le travail avec les kidnappés

Ce dilemme n'avait pas quitté mon esprit lorsque je rencontrai Thomas Kuhn, auteur d'un ouvrage devenu un classique, The Structure of Scientific Revolutions (1962), où il est question des changements au sein de la "grammaire" scientifique. Je voulais son avis sur mes recherches. Je connaissais Tom Kuhn depuis que nous étions enfants, car nos parents étaient amis lorsque nous habitions New York et je revois encore les soirées mémorables que nous avons passées ensemble au moment de Noël chez les Kuhn. L'opinion que me donnèrent Tom et sa femme Jehane, elle-même très versée dans les domaines de la mythologie et du folklore, me fut extrêmement utile. Ce qui m'apparut le plus pertinent dans les observations de Tom était que le système scientifique occidental avait acquis une rigidité comparable à celle de la théologie, et que ce système de pensée, ou même de croyance, était maintenu en place par les structures, les catégories et les polarités mêmes du langage comme par exemple réel/irréel, existe/n'existe pas, objectif/subjectif, psychique/monde externe, et se produit/ne se produit pas. Tom me suggéra de poursuivre mes investigations en laissant de côté, autant que possible, toutes ces formes de langage, et de me contenter de récolter de l'information brute, sans me soucier si elle correspondait ou non à des structures de pensées préexistantes, officielles, admises, etc. Par la suite, il serait toujours temps de voir si une formulation théorique cohérente était possible et communicable. Je choisis bien sûr cette voie et l'aventure commença.




Psychiatrie et RR4 - John Mack
2ème partie

extrait du livre :
"Dossier Extraterrestres – l'affaire des enlèvements"
par John E.MACK, professeur de psychiatrie à Harvard (Prix Pulitzer)
aux éditions "FOCUS - Presses de la cité"

----------------------------------------------------------------------------------


Depuis la publication en avril 1994 de l'édition brochée de ce livre, un certain nombre de questions ont été soulevées quant à la réalité du phénomène d'enlèvement extraterrestre et quant au crédit que l'on peut accorder aux témoignages des victimes en tant que preuves et bases d'analyse. Ces questions concernent notamment la nature même des preuves d'ordre physique qui accompagnent ces rapports d'enlèvement ; la fiabilité de la mémoire humaine dans ce genre particulier d'expérience ; la manière dont l'hypnose peut altérer cette mémoire ; les possibles alternatives à l'hypothèse qui voudrait que les descriptions données par les témoins, selon le schéma habituel des reconstructions mémorielles, correspondent bien aux évènements qui se sont déroulés. Ce sont en effet des champs d'investigation entièrement nouveaux qui, pour obtenir des réponses, exigent une somme considérable de recherches supplémentaires.

[…]

Le problème des preuves matérielles

Certains collègues de sciences ou de la médecine, ou même des ufologues aspirant à une meilleure légitimité en essayant de se maintenir dans une pensée scientifique, m'ont reproché de ne pas aborder plus amplement le problème des preuves physiques que l'on peut comptabiliser aussi bien dans les phénomènes ovni que dans les enlèvements proprement dits. C'est une question fascinante et, ô combien, controversée qui mérite d'être étudiée avec tout le soin possible par des gens qualifiées. Mais rappelons-nous que chaque aspect de ces fameuses preuves physiques ou matérielles – depuis l'observation d'ovni, de cercles d'herbe brûlée après le passage d'un engin spatial, de dérèglement d'appareils électriques ou électroniques au moment des kidnappings, jusqu'à l'absence insolite d'une personne pendant le temps du rapt, les grossesses qui s'interrompent, comme par enchantement, les implants sous-cutanés, les cicatrices, marques et autres lésions corporelles – est également, comme nous l'avons déjà dit, subtil et insaisissable et difficile à situer. […]

Dans ce livre, j'ai opté pour une approche essentiellement psychiatrique, c'est à dire que je mets l'accent sur l'analyse attentive de rapports d'expérience corroborés, quand cela est possible, par des preuves physiques.

De mon point de vue, la preuve physique est importante pour étayer les témoignages des sujets. Mais, extraits de ce contexte, les phénomènes physiques sont rarement suffisamment robustes pour se suffire à eux-mêmes. Par exemple, si je devais publier les photos des lésions corporelles qu'il m'a été donné d'observer, même si ces clichés représentent plusieurs cas et ont été pris la même nuit où eut lieu un incident, en tant que physicien je serais obligé de prendre en considération les critiques légitimes des dermatologues dans la mesure où il serait difficile de démontrer effectivement si ces lésions sont directement reliées aux expériences d'enlèvement ou causées par d'autres facteurs.


Les attentes du sujet et l'éventuelle influence du praticien

Un autre problème qui a été soulevé à propos des expériences d'enlèvement concerne la possibilité d'une suggestion ou d'une influence de la part de l'investigateur sur son patient. Les critiques n'ont pas manqué qui ont prétendu que les sujets raconteraient des histoires de kidnapping pour complaire à leur médecin et obtempérer à l'influence que ce dernier exercerait sur eux. En tant que psychiatre, je suis très conscient du pouvoir que la volonté et l'attention d'un thérapeute peuvent avoir sur un patient au cours du processus de guérison qui aide celui-ci à changer sa vie. J'ai donc essayé, et de façon la plus scrupuleuse possible, d'éviter d'user d'un tel pouvoir pour obtenir du matériel ayant trait au kidnapping. Les collègues ou simplement amis qui ont eu l'occasion d'assister à certaines de mes séances de régression hypnotique ou qui les ont retranscrites, peuvent vérifier que je ne joue à pas à ce jeu-là. En fait, il m'est apparu comme une évidence que si d'aventure je tentais d'influencer consciemment mon patient, que ce soit sous ou hors hypnose, les choses se compliquaient étrangement ; en effet, le patient rejette immédiatement une information incorrecte qu'il n'aurait pas donnée lui-même et que j'aurais essayé de lui attribuer, faisant ainsi très clairement la différence entre le matériel provenant de sa propre expérience et celui dont il a entendu parler ou qu'il a lu et qui ne correspondrait pas avec ce qu'il aura personnellement vécu. De plus, je dois dire que je suis souvent surpris et même abasourdi par les révélations de mes patients. Au tout début de mon travail dans ce domaine, ces témoignages dépassèrent tout ce que j'aurais pu imaginer et ils continuent, je l'avoue, à ébranler mon sens de la réalité. Pour toutes ces raisons, je trouve fort improbable que les victimes de kidnapping inventent des histoires qui répondraient à mes attentes. Finalement – et il est important pour moi, clinicien, de le souligner – dans mes échanges avec mes patients sur un mode qui inclut l'acceptation de leur vérité émotionnelle au cours de telles expériences, je ne prends pas position en faveur d'une authenticité littérale de ces expériences au sein de notre réalité physique ; une bonne approche clinique, surtout dans les cas d'individus traumatisés, doit obéir à d'autres voies que l'investigation scientifique purement "objective".

Malgré toutes ces précautions, il n'est pas exclu qu'un patient subisse des pressions ou des influences de qualité plus subtile. Il ne faut pas négliger cette éventualité car il peut exister des facteurs aux effets pervers et signifiants. La recherche traditionnelle situe des aires de suggestibilité qui pourraient être, à première vue, à l'origine de distorsions coupables au niveau des témoignages. La première concernerait la suggestibilité post-événementielle. Nos analystes du phénomène de la mémoire ont montré que des questions apparemment inoffensives mais en fait cruciales sur certains détails relatifs à une diapositive ou à un film peuvent, de manière significative, amener à une altération de l'exactitude des réponses. Mais les expériences d'enlèvement diffèrent des expériences de laboratoire en ceci que les première main, avec toute la charge émotionnelle qui les accompagne fatalement, et qu'ils sont de la plus haute importance pour le sujet. Et de fait, les chercheurs qui traquent les événements traumatiques déterminants en sont arrivés à la conclusion que le souvenir de ces événements est toujours plus vivant dans la mémoire de l'individu que tous les stimuli audiovisuels de laboratoire. En outre, plus une personne est impliquée dans un événement, plus elle a de chance que l'événement central de cette expérience sera imprimé avec précision dans sa mémoire, et ce pour longtemps. L'émotion aura donc aidé la mémoire à graver l'événement central d'un incident, même si les détails les plus périphériques ont tendance à s'estomper. C'est pourquoi les imprécisions de la mémoire découvertes en laboratoire ne sont guère référentielles pour la recherche sur les enlèvements extraterrestres. A vrai dire, les enquêteurs devraient essayer de moins faire intervenir cette technique de questions dites cruciales, et ce dans tous les cas.

L'enquête sur la suggestibilité interrogatoire démontre que, sous certaines conditions de pression sociale extrême, de fausses croyances sur des actes ou des événements peuvent être créées. Mes propres interactions avec mes patients ne rencontrent pas les conditions qui président au développement de ce genre de fausse croyance. D'abord, mes relations avec mes patients ne sont pas fermées ou exclusives. Des personnes me contactent et me rencontrent de façon irrégulière, des semaines, des mois et parfois même des années séparant deux rendez-vous ! Il arrive souvent qu'après une première tentative de confidence auprès d'une oreille attentive, la personne en quête d'écoute perde l'envie de continuer à discuter de ses expériences, estimant nécessaire de prendre de la distance afin de ne pas trop perturber sa vie au quotidien. Deuxièmement, il y a peu sinon rien à gagner socialement parlant à parler de ces choses. Troisièmement, il n'est pas vraiment nécessaire de se livrer à des questionnaires à répétition ou extrêmement ciblés sur les évènements passés pour faire émerger ce type d'expérience ; le matériel se rapportant à un enlèvement extraterrestre apparaît presque immédiatement, souvent après une relaxation et une mise en condition de l'attention succinctes.

Enfin, les patients ne sont pas enclins à croire à la "vérité" de leurs expériences. Ils préfèrent la plupart du temps penser qu'il s'agit d'une espèce de cauchemar et c'est avec une immense détresse qu'ils finissent par se rendre compte au cours de notre travail en commun qu'ils ne dormaient pas du tout lorsque l'incident s'est produit. C'est alors qu'ils espèrent trouver à cette histoire une explication quelconque, d'ordre psychiatrique par exemple, qui les mèneraient à une guérison et, bien évidemment, à l'arrêt des expériences qui les traumatisent tant. Non seulement la découverte de la réalité de l'enlèvement les choque et "ébranle" profondément leur sens de la réalité, mais cette prise de conscience implique aussitôt et de façon dramatique qu'ils seront sujets aux mêmes douloureuses expériences dans l'avenir.

Le fait d'accepter l'existence d'événements extraordinaires dans son propre vécu peut déjà aider le patient à mieux gérer les répercussions négatives que ces événements pourraient avoir sur lui. Pourtant, même après avoir puissamment "revécu" avec moi certaines de ces expériences d'enlèvement, la personne continue généralement à refuser la réalité de ce qu'elle a raconté et ce à un certain niveau. Catherine, par exemple, comme on le verra au chapitre 7, a été totalement bouleversée lorsque récemment, je lui remis un document scientiste sur les observations d'ovni rapportées par la presse et qui avaient eu lieu sur la côte nord-est atlantique en mars 1991. Ces reportages correspondaient à la période où elle-même avait eu ses plus fortes expériences d'enlèvement. Cette évidente corroboration dans le monde concret de son vécu personnel allait à l'encontre du mode de dénégation qu'elle entretenait concernant la réalité de tous ces faits et qui lui avait permis de demeurer productive au sein d'une culture qui fabriquait les mêmes rejets en tentant de discréditer les gens qui s'exprimaient sur de telles expériences.


La fiabilité de la mémoire

Quelques cas d'accusations apparemment fausses portées par des individus affirmant avoir subi de la part de parents ou d'adultes des violences sexuelles ont dernièrement provoqué une grande controverse sur la confiance que l'on peut accorder aux souvenirs qui remontent à la surface de la conscience après une longue léthargie, surtout lorsqu'ils sont réveillés au cours d'un traitement psychothérapeutique. Cette méfiance à l'égard du "faux" souvenir, ou du souvenir déformé, on s'en serait douté, fut immédiatement projetée sur les rapports d'enlèvements extraterrestre. Ici aussi, le problème de la réponse à des arguments pertinents est compliqué par le fait que nous en sommes encore au stade où nous cherchons à découvrir ce qui a bien pu arriver à la victime. Dans quelle réalité ce phénomène s'est-il déroulé ? Puisqu'il ne nous est pas possible de répondre de l'exactitude des souvenirs d'enlèvement en offrant des preuves physiques irréfutables, les questions les plus appropriées devraient être : est-ce que quelque chose est arrivé à ces personnes, et si c'est le cas, comment décider de que cela pourrait bien être ?

Tout laisse supposer que nous pouvons, en effet, affirmer que quelque chose d'extraordinaire est arrivé à ces gens. Comme je l'ai déjà signalé, la plupart des recherches sur le phénomène de la mémoire indiquent que les souvenirs associés aux événements cruciaux de l'existence d'un individu ont tendance à être beaucoup plus exacts et précis que ceux dont l'importance est moindre. Dans les expériences les plus signifiantes, cela aussi nous l'avons vu, l'émotion a tendance à aider à mieux imprimer dans la mémoire les souvenirs appartenant à l'événement central de l'histoire, reléguant vers des rôles secondaires les souvenirs attachés aux événements périphériques. Mais les choses se compliquent encore si l'on sait que les souvenirs traumatiques, ou les expériences vécues sous certaines conditions à haute densité émotionnelle, sont engrangés dans les limbes du cerveau d'une manière différente des événements de moindre intensité. Dans ces cas-là, la mémoire semble être encodée par des canaux sensorimoteurs, olfactifs et visuels plutôt que de fonctionner selon ses schémas sémantiques habituels. Le résultat est que les souvenirs traumatiques risquent de devenir moins vulnérables à ces tendances reconstructives mais distordantes du processus mémoriel normal. Mais à l'heure actuelle, ce ne sont que de simples spéculations. Nous avons assez peu de données sur le type de matériel qui peut se transformer de mémoire traumatique en mémoire sémantique. Les recherches sont en cours.

De toute évidence, les expériences d'enlèvement sont d'une importance vitale pour les victimes et elles sont parfois, mais pas toujours, hautement traumatiques. Généralement, toutes les personnes qui se sont trouvées face à un kidnappé, tandis que celui-ci faisait remonter à la conscience les souvenirs de ses expériences, ont été impressionnées par la puissance des affects et l'intensité des réactions physiques dont ces patients étaient la proie. Ces observateurs, comme moi-même d'ailleurs, ont tous été conscients que quelque chose d'important s'était produit dans la vie de ces gens, même si l'on ne pouvait pas décider de la nature de l'événement ou de l'exactitude de chaque détail rapporté. C'est ainsi que dans une allocution devant la justice sur les applications controversées de la recherche en laboratoire sur la mémoire, Schefin note : "il est illogique de conclure, du fait qu'un souvenir renferme des détails faux, qu'il n'existe aucun incident réel dont ce faux souvenir serait la peinture exacte".

Comme nous l'avons souvent évoqué, il n'y a pas jusqu'ici de rapport d'enlèvement qui, après enquête, se serait révélé n'être que le reflet de quelque autre traumatisme ou expérience, en dépit de tous les efforts des investigateurs pour découvrir d'autres origines à tous ces phénomènes. Néanmoins, les thérapeutes doivent demeurer très circonspects et éviter de valider la véritable littérale des révélations qu'ils recueillent ; ils doivent au contraire aider leurs patients à garder un esprit ouvert quant à ce qui "s'est produit" tandis qu'ils explorent ensemble toutes les possibilités. Il me paraît clair à présent que nous n'avons pas affaire à de "faux" souvenirs ou des affabulations. Pourtant, d'une approche essentiellement subjective, il est d'une importance vitale de continuer à collecter encore plus de témoignages auprès de toutes sortes de gens afin que les recoupements, les variantes et toutes les autres qualités de ces récits puissent en être le plus fermement possible établis.

L'inexactitude potentielle des souvenirs rappelés sous hypnose doit être prise en compte dans l'analyse des rapports d'enlèvement. Des études ont prouvé que du matériel inexact pouvait être obtenu sous hypnose. C'est pour cette raison que les renseignements obtenus au moyen de l'hypnose doivent être comparés aux récits élaborés au moyen de l'hypnose doivent être comparés aux récits élaborés en pleine conscience et aux autres preuves corroborantes. Il est cependant erroné d'affirmer "que parce que l'hypnose peut interférer avec la mémoire, cela se produit systématiquement".

Selon ma propre expérience, les informations sur des expériences d'enlèvement qui ont été recueillies sous hypnose se recoupent avec celles qui m'ont été données en pleine conscience. Et même si des chercheurs ont montré que certains sujets éprouvent davantage de confiance devant les souvenirs même faux, resurgis sous hypnose, les kidnappés avec qui j'ai travaillé observent pour une bonne part une attitude sceptique et inquiète quant à l'exactitude factuelle de leurs expériences – et ce en dépit de la puissance émotionnelle véhiculée parce souvenirs. De plus, dans plusieurs cas que j'ai pu étudier, le matériel obtenu au cours de la régression paraissait plus exact que celui énoncé lors de nos entretiens face à face, parce que : 1) l'information était moins flatteuse ou compatible avec une autosatisfaction active, ou bien, au contraire, plus déstabilisante pour l'ego et même, à plusieurs reprises, franchement humiliantes ; 2) le matériel qui émerge lors des régressions était plus crédible en ce sens qu'il existait des points de comparaisons avec les récits d'autres kidnappés – il manquait le vernis et l'ordre logique qui collent généralement à la réalité conventionnelle lorsque la remémorisation s'effectue consciemment; enfin 3) bien que l'implication émotionnelle ne soit pas en elle-même une garantie d'exactitude pour tel ou tel souvenir, avec ou sans hypnose, l'intensité des affects et des expressions corporelles que l'on observe chez les patients au cours des régressions est telle que même le sceptique le plus endurci aurait du mal à prétendre que quelque chose de tout à fait extraordinaire et hors des normes habituelles de la réalité ne s'est pas produit. Le psychiatre de Sheila, par exemple, qui l'avait reçue pendant sept ans, est ressorti de deux séances de régression convaincu que s'il ne s'agissait pas d'enlèvements extraterrestres, quelque chose s'était produit qui y ressemblait étrangement.

Il est difficile d'imaginer comment la psyché peut générer des émotions à un niveau aussi élevé sans avoir confronté l'être d'une manière ou d'une autre, à quelque expérience extraordinaire qui aurait servi de matrice à cette émotion. Il est non seulement utile mais primordial de rappeler qu'une grande quantité d'informations collectées sur les expériences d'enlèvement est obtenu e sans l'aide d'une altération quelconque de la conscience, et que, de nombreux kidnappés semblent revivre ces puissantes expériences après seulement quelques exercices de détente qui ne justifient absolument pas le nom "d'hypnose". Une technique de relaxation est nécessaire pour à la fois dissiper les besoins du patient de prêter attention aux exigences du social et autres stimuli issus des entretiens face à face, et dégager les énergies enfermées dans les souvenirs et les émotions enfouis au plus profond de l'inconscient. Dans le cas de phénomènes d'enlèvement, ce simple processus semble provoquer le retour à la surface de toute l'expérience. Poursuivre les recherches dans ce doamine est une nécessité absolue si nous voulons repérer à quel niveau des distorsions signifiantes interviennent sous hypnose lorsqu'on a affaire à un cas de kidnapping extraterrestre.


Explications alternatives

Je crois qu'il est oportun de faire remarquer que la demande la plus virulente d'explications alternatives provient de gens qui ne sont pas familiarisés avec la riche complexité des phénomènes d'enlèvements, ou encore de gens qui ne parviennent pas à se détacher tant soit peu d'une vision du monde où l'idée d'une intelligence ou d'êtres venus d'ailleurs et en viste chez nous est simplement inconcevable. Toutes ces personnes estiment impensable que de telles expériences puissent se produire. Elles n'hésitent pas, en revanche, à croire en un Dieu personnel ou à un être suprême, et malgré cela elles trouvent impensable la notion d'entités cosmiques qui auraient le pouvoir de pénétrer dans notre univers physique et mental. Ce que ces critiques semblent ignorer est que très souvent les victimes d'enlèvements se sont déjà prêtées et depuis longtemps à de sévères investigations, notamment en ce qui concerne les symptômes corporels reliés à ces expériences d'enlèvement, auprès de médecins et de psychothérapeutes hautement qualifiés qui ont tous avancé nombre d'explications neurophysiologiques et/ou psychologico-émotionnelles, ce qui parfois ne s'est pas effectué sans quelques frustrations ou même des effets dommageables.

Il ne m'a pas paru possible dans le cadre restreint de cet ouvrage de passer en revue toutes les explications alternatives qui ont été ici ou là défendues pour rendre compte des phénomènes de kidnapping extraterrestre. Cela va des différentes formes de la spychopathologie aux désordres physiologiques ou aux réponses du cerveau aux interprétations psychosociales et culturelles. La plupart de ces hypothèses font fondamentalement abstraction de certains aspects du phénomène comme ce doute immense qui étreint les patients eux-mêmes, le lien étroit avec les ovni (parfois observés indépendamment par le voisinage de la victime), les traces physiques de toutes natures (incluant le fait qu'il arrive que les proches remarquent l'absence insolite de la victime), ou encore le constat que ces phénomènes s'adressent également aux enfants en bas âge. Pour qu'une de ces théories soit prise au sérieux, il faudrait qu'elle tienne compte, du moins pontentiellement, de la totalité complexe de tous ces phénomènes associés aux expériences de kidnapping proprement dit.

Les examens psychiatriques et les nombreux tests psychologiques qui ont été pratiqués n'ont pas réussi à mettre en évidence un quelconque dérangement mental qui pourrait, d'une manière convaincante, expliquer les phénomènes d'enlèvement. Certains chercheurs ont émis l'idée qu'il pourrait s'agir d'une sorte de déplacement d'un autre traumatisme, notamment d'un viol. Il est vrai que les expériences d'enlèvement peuvent parfois rappeler dans leurs symptômes certains états post-traumatiques, mais ces symptômes semblent être le résultat et non la cause de ce que la victime a supporté. De plus, les informations mises à jour au cours de ces récits complexes d'enlèvement sont nettement plus volumineuses et impressionnantes que le traumatisme humain lui-même. Par exemple, on retrouve des détails toujours semblables lorsque la victime raconte comme elle a pénétré dans le vaisseau spatial et comment elle en est ressortie ; la description des êtres extraterrestres est toujours également riche ainsi que celle des relations compliquées qu'elle entretient avec eux, les nombreuses activités et observations non traumatiques qui se déroulent à bord de l'appareil, les communications élaborées sur le destin écologique de la planète et autres sujets psycho-spirituels qui représentent, selon ma propre expérience, des dimensions fréquentes, sinon régulières, du phénomène de kidnapping. Jamais je n'ai entendu parler de choses similaires de la part de patients que j'ai connus et soignés pour des traumatismes causés par d'autres humains ou de la part de malades psychotiques souffrant d'hallucinations.

Certains kidnappés ont un passé où la violence sexuelle, ou d'autres graves traumatismes, est intervenue. Un enquêteur est même tombé un jour sur un patient, parmi les kidnappés avec qui il travaillait, dont l'incidence de ce type de passé douloureux dépassait nettement la moyenne. Si le kidnapping faisait véritablement office de mémoire-écran, il faudrait s'attendre à ce que le nombre d'abus sexuels diminue, et non augmente. En outre, les victimes de kidnapping semblent parfaitement capables, lorsqu'on les interroge soigneusement de faire la distinction entre ce qui appartient à leurs expériences d'enlèvement et ce qui relève d'autres traumatismes subis autrefois. Par conséquent, répétons-le : on ne connait aucun cas où une histoire de rapt extraterrestre masquerait une autre expérience traumatisante. Mais le contraire a souvent été observé et j'ai moi-même rencontré un cas – un(e) patient(e) se présente en soupçonnant avoir été victime d'abus sexuel ou tout autre traumatisme important et découvre peu à peu dans son passé une affaire de kidnapping extraterrestre, et ceci peut très bien se produire en présence d'un thérapeute non familiarisé avec le phénomène et ne s'attendant pas, en tout cas, à ce que son ou sa client(e) lui raconte une histoire pareille.

D'autres chercheurs ont suggéré l'idée que les expériences d'enlèvement ne seraient qu'une reconstruction de l'imagerie mentale liée au traumatisme de la naissance. Lawson et son collaborateur McCall découvrirent que l'imagerie sur un kidnapping imaginaire qu'entretenait un petit groupe de non-kidnappés se rapportait à des aspects de leur propre naissance, mais cette expérience n'a pas été rééditée avec, cette fois, des personnes qui auraient été vraiment kidnappées. De toute évidence, les relations qui existeraient entre les phénomènes d'enlèvement et les autres formes de traumatisme ont besoin d'être davantage explorées.

D'autres investigateurs expliquent les phénomènes d'enlèvement en se fondant sur l'idée que les kidnappés ont en commun certains traits de la personnalité – comme une imagination débordante, une certaine facilité à se faire hypnotiser ou encore une forte tendance à la dissociation – qui les prédisposeraient à vivre ce type d'expérience. Les individus qui sont hautement hypnotisables ont la capacité de générer de riches images et fantasmagories qui peuvent parfaitement concurrencer, par leur intensité, les événements rééls. Les études menées par les équipes de Rodeghier et Spanos démontrèrent que les kidnappés n'étaient pas plus hypnotisables et ne possédaient pas une imagination plus délirante que le reste de la population, bien ces résultats mériteraient d'être corroborés par une autre série de tests semblables. Le kidnapping peut être rapproché du phénomène de dissociation qui est une tendance à fractionner et à séparer certains éléments de l'ego d'un contenu mental perturbateur, et ce dans le but de préserver la stabilité et le fonctionnement général de la psyché. Mais comme nous en discuterons au cours de cette étude, la dissociation est un mécanisme de défense qui ne nous apprend rien sur la source du stress qui a donné naissance à ce mode d'adaptation.

Les explications neurophysiologiques incluent les troubles graves du sommeil et l'épilepsie du lobe temporal, mais les scientifiques qui explorent ces possibilités ont soit cherché en vain ce type de pathologie parmi les kidnappés, soit choisi d'ignorer certains aspects importants du phénomène. Par exemple, de nombreux enlèvements ont lieu dans des conditions qui n'impliquent pas un lien direct avec le sommeil. De plus, ces expériences de rapt son souvent corroborées par des observations indépendantes d'ovni ou toute autre preuve matérielle. Enfin, les explications neurophysiologiques ne rendent pas compte de l'hyperexcitation et de l'angoisse déclenchées par l'enlèvement lui-même. Après intégration par la victime de cette expérience spécifique et traumatique, ces réactions tendent parfois à s'estomper comme cela est prévu par les théories sur les désordres post-traumatiques.

Certains chercheurs ont émis l'idée que dans les cas de rapt extraterrestre, nous avions affaire à une sorte de psychose, hystérie ou hallucination collective. mais les enlèvements ne ressemblent pas à des phénomènes de masse. Les victimes sont généralement des individus qui ne se connaissent pas du moins jusqu'à ce qu'on les mette en contact à des fins de soutien psychologique. Nombreux sont les détails de leurs récits que notre culture ou, du moins jusqu'à une date récente, les médias ignoraient totalement. Bien qu'on ne puisse pas prouver que certains éléments du phénomène...

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
 
Extrait du livre : "Dossier Extraterrestres – l'affaire des enlèvements" par John E.MACK, professeur de psychiatrie à Harvard (Prix Pulitzer)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (1995) Abductees L'affaire des enlèvements par le Dr John mack
» Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".
» Extrait du Livre de la Loi d'A. Crowley
» Pensées Positives extrait du livre de Catherine Rambert
» diffusion d'extrait de livre audio en classe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ufologique :: Littératures ufologique (ouvrages, livres, etc...) et films ufologique-
Sauter vers: