Forum ufologique

Ce forum est très riche en documentations et en informations sérieuse et crédible sur le sujet des ovnis/extraterrestres.
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André L.
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 43
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)   Mar 25 Mai - 22:57

La forêt boréale

Un écosystème à protéger!

«Ensemble protégeons la forêt boréale.

Réveillons le gouvernement!»





Pourquoi la forêt boréale est-elle importante ?

« Une vaste forêt de conifères s'étale comme un manteau sur les épaules des contrées les plus septentrionales de la terre-la Sibérie, l'Alaska, le Canada et la Scandinavie. Tirant son nom de Boréas, le dieu grec des vents du Nord, la forêt boréale compte pour près du tiers des terres boisées de la planète et a été qualifiée du plus grand écosystème du monde. Elle renferme également les plus vastes étendues de marais et de lacs dans le monde. À l'instar d'autres forêts de la planète, elle est de plus en plus sollicitée par l'activité humaine.


Les forêts boréales du Canada contribuent au bien-être de nombreuses personnes, notamment celles vivant dans les collectivités forestières. Nombre de collectivités autochtones dépendent de la forêt pour satisfaire leurs besoins sociaux, culturels et économiques.


La forêt boréale de l'ouest se distingue des autres paysages forestiers du Canada puisqu'elle avait échappé jusque tout récemment aux pressions intenses exercées par le développement. Elle se caractérise par un mélange d'essences, notamment le peuplier faux-tremble, l'épinette blanche et l'épinette noire.


Comme en faisait état la Commission mondiale sur les forêts et le développement durable : « Nous épuisons le capital naturel de la planète beaucoup plus rapidement qu'il ne se renouvelle. Au lieu de nous satisfaire de l'« intérêt » du « capital naturel », nous empruntons auprès des collectivités plus pauvres et des générations futures. »


Le Canada a un rôle important à jouer dans ce domaine, étant l'un des principaux gardiens de l'écosystème de la forêt boréale. Du Yukon et du nord-est de la Colombie-Britannique, cette forêt s'étend sur le nord des Prairies et le sud des Territoires du Nord-Ouest, le nord de l'Ontario et du Québec, et les régions boisées du Labrador et de Terre-Neuve. Un lambeau pénètre même dans le nord du Nouveau-Brunswick.


Cette grande « forêt du Nord », habitat de l'orignal et du loup, du caribou et de l'ours, constitue notre grande nature, notre frontière sauvage et la patrie d'un grand nombre d'autochtones du Canada. La faune, les arbres, les lacs et les rivières qui s'y trouvent appartiennent à tous les Canadiens - patrimoine public de biodiversité dont peu d'autres pays peuvent s'enorgueillir. »


La forêt boréale est une immense forêt de conifères qui représente le tiers de la forêt mondiale. L'hiver très froid est suivi d'un été court et chaud proche de 15°, avec plus de 120 jours sans gel. Les variations de température d'une saison à l'autre peuvent atteindre 100°.
La taïga s'étend sur les régions du Nord de leurre, de leslie et d'Amérique du Nord. Elle forme un bandeau continu d'environ 10 000 kilomètres.
A côté des oiseaux comme l'aigle de mer à tête blanche, le pic, le bec-croisé, on trouve le lynx roux, le grizzly, le glouton, le castor et le wapiti.


Les forêts frontalières il y
a 8 000 années...



Les forêts frontalières
aujourd'hui...




Il n'y a pas que des arbres dans la forêt boréale



Plus de 200 espèces d'oiseaux ont besoin de votre aide pour préserver la forêt boréale.


La forêt boréale fournit des habitats à un large éventail d'espèces végétales et animales. Elle renferme un plus grand nombre d'espèces d'oiseaux nicheurs que toute autre région forestière de l'amérique du Nord. Selon les estimations, un à trois milliards d'oiseaux, soit plus de la moitié de tous les oiseaux nicheurs du Canada, sont tributaires de la forêt boréale.


Voici quelques animaux de la forêt boréale

Lièvre d'Amérique


Caribou



LE CASTOR

On le trouve presque partout au Canada et aux Etats-Unis. Il a été introduit en Finlande en 1937, en Union soviétique avant 1950, en Terre de Feu en 1948 et en France au cous des années 1970.

Le castor a une longueur de 87,5 à 125 cm, sa queue de 23 à 53 cm, ses pieds de 15 à 19 cm et ses oreilles de 2,3 à 2,9 cm. Mâles et femelles adultes sont à peu près de même taille et pèsent de 11 à 35 kg ; certains individus pourraient atteindre 45 kg. Le poids des nouveau-nés est de 227 à 630 g.

Le castor du Canada a le pelage brun foncé. Il porte une queue écailleuse, large et aplatie en forme d'aviron.



L'OURS NOIR

L'ours noir, désigné aussi sous le nom de baribal en France, est, de nos jours, l'un des animaux sauvages les plus connus en Amérique du Nord. Pour le campeur, il est à la fois une source d'ennuis et un élément fascinant de la vie en plein air. La plupart des touristes sont fort déçus s'ils n'ont pas la chance d'entrevoir un ours pendant leur séjour dans les parcs provinciaux ou nationaux au Canada.

L'ours noir appartient à la famille des ursidés, dont on trouve des représentants dans presque tout l'hémisphère boréal et dans le nord de l'amérique du Sud. En Amérique du Nord, les autres membres de cette famille sont l'ours brun (grizzli) et l'ours blanc (polaire), qui sont tous deux beaucoup plus gros que l'ours noir.



L'ORIGNAL

On retrouve l'orignal surtout dans la forêt canadienne qui s'étend des frontières de l'Alaska jusqu'à la pointe Est de Terre-Neuve. L'orignal fréquente les pentes boisées et rocheuses des chaînes de montagnes de l'ouest, les parages d'un demi-million de lacs, muskego et cours d'eau de la grande forêt boréale, et même la toundra du nord du pays ainsi que la tremblaie-parc des provinces des Prairies.

Un orignal mâle et adulte, doté de son panache complet, est l'animal le plus imposant de l'amérique du Nord. Sa taille, mesurée au garrot, dépasse celle des plus grand chevaux de selle. Les gros mâles pèsent autant que le cheval, soit jusqu'à 600 kg dans la majeure partie du Canada et jusqu'à 800 kg pour la sous-espèce géante de l'Alaska et du Yukon.



LE CERF DE VIRGINIE

De tout les gros animaux de l'amérique du Nord, le cerf de Virginie, communément appelé le chevreuil, est le plus commun et le plus répandu. Son territoire s'étend de la pointe sud du continent vers le nord jusque dans la forêt de résineux de la zone boréale. Quelques individus s'aventurent aussi loin vers le nord que le Grand lac des Esclaves. Dans le sud du Canada, on le retrouve depuis l'île du Cap-Breton jusqu'au centre-sud de la Colombie-Britannique. Il y avait environ 15 000 000 de cerfs de Virginie au Canada et aux Etats-Unis en 1982, et la densité moyenne dans l'aire de répartition de ce cervidé dépassait 3 individus au km².



LE COYOTE

Le coyote est l'un des animaux qui soulève le plus de controverses en Amérique du Nord. Comme de nombreux chiens domestiques, il est intelligent et enjoué, mais c'est aussi un prédateur reconnu pour tuer de petits animaux de ferme. De plus petite taille que le loup et d'une plus grande adaptabilité aussi, il est l'un des rares mammifères dont l'aire de répartition s'accroît, même s'il a longtemps été persécuté par les hommes.

Le coyote se rencontre presque partout dans l'ouest et le centre des Etats-Unis, ainsi que dans l'ouest et le sud-est du Canada. Au Québec, on le trouve pratiquement partout au sud du Saint-Laurent jusqu'à Sept-Îles. Dans l'est, sa présence a été notée au Tennessee, en Louisiane, en Ohio, au New Jersey, ainsi que dans les États de New York et de la Nouvelle-Angleterre. L'espèce est également présente au Mexique et en Amérique centrale.



LE RENARD

Le renard roux est l'un des mammifères les plus répandus au Canada. On le trouve dans toutes les provinces et dans les territoires. Il est aujourd'hui probablement plus abondant en Amérique du Nord qu'au moment où les Européens commencèrent à coloniser le continent au 16e siècle. Les scientifiques croient que son aire de répartition et ses effectifs se sont accrus à partir de cette époque parce que les pionniers agrandirent son domaine vital en éclaircissant les forêts denses et en réduisant largement les populations de loups qui limitaient son expansion.

Ce petit mammifère appartient à la famille des Canidés, comme le chien domestique, le coyote et le loup. Il fut un temps où les taxinomistes pensaient que le renard roux d'Amérique du Nord et celui acneuro, plus petit, étaient deux espèces différentes. On sait aujourd'hui qu'il s'agit de la même espèce, Vulpes vulpes. Son aire de répartition couvre de façon continue leurre, laser et l'amérique du Nord et prend de l'expansion en Afrique du Nord et en Australie, où elle a té introduite il y a un siècle par les chasseurs de renards britanniques.



LE LYNX D'AMERIQUE DU NORD OU LINX CANADIEN

Le lynx d'Amérique du Nord est légèrement plus petit que le lynx boréal mais a la même morphologie. Adaptée au froid, sa fourrure est longue et épaisse, brun jaunâtre et tachetée.
Il mesure 80 à 100 centimètres environ. La longueur de sa queue, très courte, varie entre 5 et 13 centimètres. Les mâles pèsent environ 10 kilogrammes, les femelles 8,5 et les nouveaux-nés 200 grammes. Il s'alimente à 80% de lapins. Quand son gibier favori commence à manquer, il migre vers les prairies. Il est capable d'attaquer des proies aussi grosses que le caribou. La gestation dure 9 semaines et se termine fin mai, début juin ; la portée comprend en général de 2 à 4 petits qui ouvrent les yeux entre le deuxième et le dix-septième jour et seront sevrés vers 3 mois. Ils peuvent se reproduire vers l'âge de 1 an mais le font le plus souvent à partir de 2. Le lynx du Canada n'est pas non plus menacé d'extinction. Cela dit, la destruction de son habitat due au développement des activités humaines entraîne la raréfaction de ses proies, ce qui fait qu'il disparait localement. Le piégeage est autorisé en dehors des zones protégées, comme les parcs.
On le trouve au Canada et en Alaska.





Voici 3 magnifiques photos de la forêt boréale















L’erreur Boréale
Documentaire bien attristant réalisé en partie par le poète et chanteur Richard Desjardins

Voici ce qu'il reste de la forêt boréale après son pillage et sa rapide destruction au profit des industries forestières américaines et locales

En 1997 Richard Desjardins levait le voile sur l'état de la forêt boréale et qui avait été bien camouflé au grand public
A la sortie de ‘’l’Erreur Boréale’’ on tenta alors de discréditer Desjardins bien que son documentaire ait recue de nombreux prix.

Le public Québécois n'en croyait pas ses yeux de voir cette désolation presque désertique sur des centaines et des centaines de kilomètres a la place d’une forêt abondante et généreuse

Nous avons perdue en tant qu'habitant de la terre quelque chose de précieux et que l'on croyait entre bonnes mains et en bonne état et renouvelable

Voici l'état de la forêt Boréale au nord du Québec telle qu'elle était en 1997.
Il serait illusoire de croire que les choses se sont améliorées depuis ce temps car peu de personnes vont dans la forêt Boréale alors les compagnies forestières continuent de faire ce qu'elles veulent.

Un fait pourtant : Au Canada nous avons une loi qui est je crois unique au monde et qui affirme : la forêt du territoire Canadien est un bien public et elle appartient a tout les Canadiens.

C'est un droit qui a été accordé a tous les citoyens du Canada et qui n'a jamais été abolie.

Alors comment se fait-il que l'on pille impunément une forêt jusqu'a sa destruction totale. C’est un bien public et la protéger fait partie des responsabilité du gouvernement

Ceci est définitivement un crime selon la loi.

Alors que le silence et l'ignorance règnent en maître sur nos forêts, et malgré le discours officiel qui nous assure que le patrimoine forestier demeurera intact, ce documentaire choc soulève la question de la responsabilité collective devant la destruction d'un environnement unique au monde. La forêt boréale, cette importante richesse que l'on croyait inépuisable, est-elle réellement entre bonnes mains?

N.B. Il n'y a pas de sous-titrage, priêre de ne pas râler sur le language... Le Québec est un Autre "Pays" Francophone.
Merci !



Partie 1



Partie 2



Partie 3



Partie 4



Partie 5



Partie 6



Partie 7





N'attendons pas que les forêts deviennent des déserts.
A chaque minute la déforestation dans le monde, raffle l'équivalent de 6 terrains de football.

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)


Dernière édition par André L. le Lun 11 Mar - 0:21, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 43
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)   Dim 20 Juin - 22:28

Forêt Boréale / Greenpeace Canada

La forêt boréale, l’une des dernières forêts intactes de la Terre, doit être protégée. Greenpeace milite pour la protection de la forêt boréale du Québec et du Canada. Nous nous opposons à la destruction de ce vaste écosystème en dénonçant les pratiques destructrices de certaines industries forestières et exigeons du gouvernement qu’il agisse en faveur de la conservation de ce bien public, notamment par la création de grandes aires protégées.

L’exploitation industrielle de la majorité de la forêt boréale et l’inaction politique sont en voie de rayer de la carte la plus grande forêt ancienne existante en Amérique du Nord. La destruction des forêts intactes s’intensifie. Les zones critiques se multiplient. Les grandes aires protégées manquent à l’appel. Littéralement, si la situation n’est pas renversée rapidement, des espèces menacées comme le caribou forestier ne survivront pas.

Près de 80 pour cent des forêts originelles de la Terre ont été dégradées ou détruites. La valeur de la forêt boréale est inestimable et celle-ci joue un rôle essentiel dans la lutte aux changements climatiques en stockant d’énormes quantités de carbone. Fruit d’une évolution qui s’étend sur plus de 10 000 ans, la forêt boréale regorge de plantes et animaux, et est source de vie pour de nombreuses communautés autochtones.

L’un des secteurs les plus néfastes est celui de la production de papier jetable fait à partir de fibre vierge.

Greenpeace œuvre à la protection de la forêt boréale en menant les actions suivantes :
•Informer les consommateurs : Nous offrons de l’information aux consommateurs quant aux achats qui ont le moins d’impact sur nos forêts, notamment les papiers faits à partir de fibres recyclées. Nous mobilisons les Québécois contre les entreprises qui s’acharnent sur nos forêts.

•Lancer un défi aux marchés : Nous interpellons les grandes corporations qui s’approvisionnent en produits forestiers, de bois ou de papier. Ces entreprises ont un grand pouvoir d’achat et peuvent l’utiliser à profit d’une meilleure protection de la forêt. Nous documentons la destruction des forêts intactes et de l’habitat du caribou forestier et ciblons les compagnies forestières qui refusent d’agir.

•Faire pression sur le gouvernement : Nous travaillons à ce que le gouvernement tienne ses promesses et qu’il protège la forêt boréale, notre bien commun. Nous l’exhortons à conserver les forêts intactes et agir adéquatement pour la sauvegarde du caribou forestier dont la survie est menacée.

•Travailler en collaboration avec les leaders : Nous collaborons avec les pionniers du secteur forestier pour assurer la conservation de la forêt et la création d’emplois durables.

Source : http://www.greenpeace.org/canada/fr/campagnes/foret-boreale/

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 43
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)   Jeu 6 Déc - 9:45

Via la page Facebook de Greenpeace Québec

À la vitesse où la forêt boréale est coupé au Québec, il ne restera plus de grandes forêts intactes en 2020 si nous n'agissons pas pour les conserver.

En 2010, l'Entente sur la forêt boréale canadienne, conclue entre des forestières et des groupes environnementaux, avait jeté les bases d'un plan de conservation et d'amélioration des pratiques forestières. Produits forestiers Résolu (anciennement Abitibi Bowater) a violé les termes de cette entente en ne respectant pas l'une de ses règles les plus élémentaires.

Découvrez les résultats de l'enquête de Greenpeace sur le terrain et agissez avec nous.

Passez à l'action au http://www.greenpeace.ca/resoluMent

Août 2012 (Montagnes Blanches, Québec) -- Des enquêteurs de Greenpeace ont parcouru plus de 1000 kilomètres dans les chemins de Produits forestier Résolu au nord du Saguenay-Lac-Saint-Jean, pour découvrir des bornes de routes nouvellement construites dans l'habitat critique du caribou forestier - une violation claire de l'Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC). Pendant la nuit, Résolu a été surprise à couper une importante forêt menacée, en dépit des demandes des organisations environnementales de rester en dehors de ce périmètre. Demandez au président de Résolu, Monsieur Richard Garneau, d'arrêter immédiatement de détruire les forêts menacées et l'habitat critique du caribou forestier. Passez à l'action au http://www.greenpeace.ca/resoluMent

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)


Dernière édition par André L. le Lun 11 Mar - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 43
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Grandes forêts boréales menacées : Greenpeace appelle à une halte des coupes    Mer 16 Jan - 14:45


Cinq régions forestières réparties au Québec, en Ontario et au Manitoba et qui approvisionnent en produits forestiers les marchés internationaux, sont sujettes à un risque écologique élevé. Des mesures de protection spéciales doivent être adoptées en priorité afin de les préserver.

Actualité - 16 janvier, 2013
Greenpeace sonne l'Alerte boréale en publiant un rapport qui identifie cinq zones de forêts menacées devant être protégées immédiatement. L’organisation appelle à un arrêt de la coupe et de la construction de chemins dans ces forêts situées au Québec, en Ontario et au Manitoba et recommande aux grands acheteurs de produits forestiers de réévaluer leur chaîne d’approvisionnement.

« Les grandes forêts menacées sont les derniers refuges pour des espèces comme le caribou forestier et les coupes mettent en péril leur survie », a affirmé Nicolas Mainville, directeur de Greenpeace au Québec et responsable de la campagne Forêt. «Greenpeace urge les grands acheteurs de papier et de bois issus de la forêt boréale à ne pas encourager la destruction de ces zones d’une grande valeur écologique et culturelle»

En plus du rapport, Greenpeace a amélioré et mis à jour sa page Boréale avec une nouvelle section vous permettant d’en apprendre plus sur les zones de forêts menacées et surtout de ce que vous pouvez faire pour nous aider à les protéger.

Le rapport Alerte boréale: Plaidoyer pour que cesse la consommation de bois et de papier provenant des forêts menacées présente les cinq zones de forêts menacées selon leurs apports écologiques. La publication recense également les forestières qui y sont actives et leurs usines. Récemment critiquée pour ses coupes en plein coeur de l’habitat du caribou forestier, la compagnie Produits Forestiers Résolu opère dans trois des cinq zones identifiées, dont les Montagnes Blanches au Québec. Demandez au président et chef de la direction de Produits Forestiers Résolu, M. Richard Garneau, de mettre un terme immédiat à la coupe de bois dans les zones à risque, et plus particulièrement celles qui constituent l'habitat du caribou forestier.

Greenpeace propose la marche à suivre pour les gouvernements, les forestières et les grands acheteurs afin d’assurer la viabilité du secteur forestier tout en maintenant les communautés et les écosystèmes en santé. Parmi ces étapes, soulignons le respect des droits et des aspirations des Premières Nations, la suspension des coupes et la mise en place de plans de conservation basés sur la science indépendante.

Les zones de forêts menacées sont la Vallée de la Broadback et les Montagnes Blanches au Québec, les forêts Kenogami-Ogoki et Trout Lake-Caribou en Ontario et le Joyau boréal au centre du Manitoba. Actuellement sous d’intenses activités forestières, à peine 10% de ces zones sont protégées. Ces forêts ont été identifiées en utilisant les sciences de la conservation les plus récentes, les meilleurs outils cartographiques et des images satellites.

« Plutôt que d’exploiter avec empressement les dernières forêts vierges en terre publique, les forestières doivent recentrer leurs activités et mettre un terme aux coupes dans les zones de forêts menacées identifiées par Greenpeace », a résumé M. Mainville. « Les marchés pour les produits respectueux de la forêt sont en croissance. Les forestières qui choisissent la parole plutôt que l’action pour encourager réellement la protection de la forêt boréale risquent d’être lourdement pénalisées ».


Plusieurs études indiquent que le caribou risque de ne jamais retourner habiter dans les zones qui ont fait l’objet d’exploitation industrielle.

En décembre 2012, Greenpeace quittait l’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC) due à l’absence de progrès après deux ans et demi de négociations infructueuses et après avoir découvert ces coupes illicites de PFR au cœur d’une des dernières forêts vierges du Québec ciblée comme priorité de conservation par l’Entente.

Partout dans le monde, Greenpeace a prouvé qu’il est possible de coopérer avec la grande entreprise dans un esprit de collaboration et de respect des droits des Premières Nations. À preuve, le travail en cours avec les entreprises forestières dans la forêt du Grand Ours au Canada, dans la forêt amazonienne du Brésil et dans la forêt en Indonésie a mené à la réduction de la pression sur les forêts à l’échelle globale.


Située au coeur du territoire ancestral des Cris, la Vallée de la Broadback est l’une des dernières forêts intactes du nord-ouest du Québec. Sa protection immédiate est une priorité absolue.

Source: http://www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/Grandes-forets-boreales-menacees--Greenpeace-appelle-a-une-halte-des-coupes-/

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1600
Age : 43
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)   Lun 11 Mar - 0:05

Les arbres et le précieux papier

Pour fabriquer une tonne de papier, il faut 19 arbres adultes entiers. En recyclant 54 kilogrammes (environ 119 livres) de journaux, vous pouvez empêcher que l'on coupe l'équivalent d'un arbre. Les Canadiens sont parmi les plus grands consommateurs de produits du papier au monde. Lorsque le papier est gaspillé, ce ne sont pas seulement les arbres qui vont à la poubelle, mais aussi des forêts entières, des écosystèmes, des bassins hydrographiques et l'abri de milliers d'espèces végétales et animales. Le papier, y compris les papiers journaux, les magazines, le carton, le carton ondulé et les imprimés d'ordinateur, constitue plus du tiers des déchets acheminés aux sites d'enfouissement chaque semaine.

Une partie du papier est recyclée, et c'est tant mieux. La réutilisation du papier est aussi bénéfique : non seulement elle réduit la quantité de ressources utilisées pour fabriquer d'autre papier, mais elle réduit aussi l'énergie et les ressources nécessaires au recyclage. Malgré tout, la majorité du papier utilisé est brûlé ou se retrouve dans les sites d'enfouissement.

En réduisant la quantité de papier que nous utilisons et en éliminant le gaspillage du papier, nous pouvons aider à réduire le nombre d'arbres coupés pour fabriquer du papier et ainsi aider à protéger les forêts et les espèces dont la survie dépend des écosystèmes forestiers. En même temps, une telle habitude prévient l'érosion du sol et la pollution de l'eau et de l'air. Chaque année, un foyer moyen peut recycler une quantité suffisante de journaux pour sauver 1,5 arbre.
Source : http://www.on.ec.gc.ca/community/classroom/93/waste-f.pdf

SAVIEZ-VOUS QUE :

La fabrication de papier à partir de fibres secondaires (recyclées) est moins polluante qu'à partir de fibres vierges.
Le papier fin bien trié peut être recyclé jusqu'à sept fois.
Les journaux représentent approximativement 30 % de la poubelle domestique québécoise.
Le recyclage permet de réduire de 23 % à 74 % l'utilisation de l'énergie, de 58 % l'utilisation de l'eau, de 74 % la pollution de l'air et de 35 % la pollution de l'eau.

Le Québec est la plus importante province productrice de pâtes, papier et carton au Canada. Avec 41 % de la production totale du pays, elle représente 3 % de la production mondiale. Ce n'est pas pour rien qu'il y a plus de 60 usines de pâtes, papier et carton sur le territoire québécois.
Source : http://www.mrn.gouv.qc.ca/saviez-vous.jsp
Saviez-vous que... sur le bois : http://www.domtar.com/arbre/saviez.htm

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La forêt boréale, un écosystème à protéger! (photos, article et vidéo/documentaire L’erreur Boréale)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Observer les aurores boréales!?
» forêts françaises de ce siècle
» [R] Forêt aléatoire [RESOLU]
» Le témoignage dramatique des Hommes de la forêt.
» La forêt de TALAMON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ufologique :: Protection de l'environnement et de l'écologie-
Sauter vers: