Forum ufologique

Ce forum est très riche en documentations et en informations sérieuse et crédible sur le sujet des ovnis/extraterrestres.
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Mer 31 Mar - 10:44

L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)

Enlevés par des extra-terrestres Une expérience terrifiante


D'octobre 1973 à mars 1974, on enregistra un nombre anormalement élevé de rencontres d'ovnis. Pas un jour ne s'écoulait sans que les journaux et la télévision n'aient à couvrir une observation d'OVNIS. Cette vague visita principalement les États-Unis, le Nord-Ouest de l'Europe, l'Italie et l'Espagne. Une des rencontres les plus intéressantes d'extra-terrestres eut lieu aux États-Unis, à Pascagoula, dans l'État du Mississippi. C'est une petite ville de trente mille habitants, située au sud du fleuve Pascagoula, sur la côte du golfe du Mexique, à environ 160 km à l'est de La Nouvelle-Orléans.


Charles Hickson et Calvin Parker

Le 10 octobre 1973, quinze personnes différentes, y compris deux policiers ont rapporté qu'ils ont vu un grand OVNI argenté volant lentement au-dessus d'un chantier de logements à St. Tammany, Nouvelle-Orléans, Louisiane. C'était juste une observation d'OVNI de plus, sauf que le jour suivant un autre événement susciterait un émoi à l'échelle du pays, quatre-vingt-dix miles à l'est.

Il y a deux témoins :

M.Charlie E. Hickson, 45 ans, contremaître de quarante-cinq ans à l'époque (1973) . Il a été élevé dans une ferme, a obtenu son diplôme de lycéen et est allé au Collège. Il s'est intéressé au métier de charpentier et puis à l'ébénisterie. Il a passé 8 ans ou probablement plus en tant qu'assembleur dans la construction navale, travaillant par la suite en tant que contremaître. Il est également un soudeur certifié. Il était marié et avait trois enfants.

M.Calvin R. Parker, dix-huit ans,lui aussi de la ville de Gautier, employés au chantier naval Walker. Ils auraient été enlevés par des extra-terrestres, le 11 octobre 1973, près de la zone de chantier naval de Shaupeter




Les évènements:

Il était à peu près 19:00, la nuit était très sombre. Ils étaient en train de pêcher près de la jetée du chantier naval abandonné de Shupeter, le long du fleuve Pascagoulade à l'extrémité Ouest du Sud du Mississippi.

Les deux hommes avaient l'intention d'essayer leur nouvel équipement de pêche, mais avaient pris peu de poissons et étaient sur le point de rechercher un meilleur emplacement.

C'est alors que leur attention fut d'abord attirée par un "fort bruit de glissement" (un genre de sifflement) derrière eux. Ils se sont tournés pour voir la source de ce bruit, et furent stupéfaits et terrifiés en voyant un objet gris en forme de ballon de rugby ou d'oeuf, avec un dôme, environné d'une brume luminescente bleue, flottant vers eux (Il préciseront plus tard que cet « engin spatial » avait des lumières bleues très brillantes et qu'elles clignotaient).

Ils ont estimé que l'objet faisait de 30 à 40 pieds de long, 8 à 10 pieds de haut, "la taille d'un gros camion" mais "sans aucun rivets ni boulons" comme s'il était fait d'une seule pièce. Il avait deux fenêtres et deux lumières bleues sur l'avant.

Il planait à peine à quelques pieds au dessus du sol (environ à 60 cm du sol) , et à 40 pieds de la rive, au dessus d'une décharge couverte de carcasses de voitures.

Alors qu'ils regardaient, une trappe ou une porte est apparue, et une lumière brillante s'est déversée dehors. Un instant plus tard trois entités étranges ont flotté juste au-dessus de l'eau droit vers les deux hommes.


L'ovni, tel qu'il est apparu aux deux témoins.

Le témoin déclara peu après : « Quelque chose s'ouvrit. Pourtant, il n'y avait pas de porte...


Charlie Hickson, un des protagonistes de la terrifiante expérience de Pascagoula, aux États-Unis.

Trois créatures s'avancèrent vers moi en flottant. Je ne comprenais rien à ce qui se passait. J'étais terrifié. »

Ces êtres étranges étaient grands (environ 1,50 m) et pâles «comme des fantômes». Leur peau était grise et toute ridée. Ils n'avaient pas de mains, mais des sortes de « pinces de crabes ». Dans son premier récit, Hickson déclara que les extra-terrestres avaient peut-être des fentes à l'emplacement des yeux, mais qu'il ne vit rien de précis. Par contre, il distingua de petites oreilles en forme de cône, un petit nez pointu et un trou à la place de la bouche. Ils s'approchèrent des deux pêcheurs en flottant juste au-dessus du sol, sans bouger les jambes. L'une des créatures émettait une sorte de bourdonnement.


Les trois créatures aperçues par les témoins. Elles étaient « pâles » comme des fantômes.


L'enlèvement:

Les trois êtres ont approché les hommes à une vitesse étourdissante, deux d'entre eux ont saisi Hickson et il a ressenti une sensation cuisante dans son bras gauche.

« Ils furent sur nous avant que nous ayons pu réagir », raconta Hickson.

Quand ils ont mis leurs bras sous les deux côtés de son corps pour le soutenir il s'est senti paralysé et engourdi. Il a perdu toute sensation, y compris celle du poids, et s'est rapidement évanoui, alors que les deux le portaient à l'intérieur du vaisseau. Avant de s'évanouir, il avait pu voir la troisième créature saisissant Parker, et l'adolescent s'évanouissant lorsqu'un des extra-terrestres le toucha.

Hickson a été transporté, flottant, et glissant sans mouvement vers l'engin spatial.On l'emmena dans une pièce brillamment éclairée à l'intérieur de l'OVNI: pourtant, la lumière ne semblait venir de nulle part. Il ne pouvait toujours pas se déplacer, bien qu'il soit resté conscient. La troisième créature emmena Parker dans une autre pièce.



Les entités ont placé Hickson dans une position étendue de 45 degrés ("position allongée"), toujours "flottant" en l'air,suspendu dans le vide. Il était totalement paralysé.Seuls ses yeux étaient encore mobiles.

Un instrument qui a ressemblait à un "gros oeil" est sorti d'une paroi, a flotté en l'air jusqu'à 20 centimètres devant le visage de Hickson et a balayé son corps dans les deux sens avec grande précision, comme s'il le scannait ou le photographiait. Les êtres ont retourné son corps d'un côté à l'autre plusieurs fois, comme pour s'assurer que cet "oeil" "photographie" son corps entièrement. L'"oeil" a ensuite disparu à nouveau dans le mur, où il n'était plus visible.

A ce moment Hickson ne pouvait pas voir que les êtres qu'il pensait être derrière lui, il ne pouvait pas faire fonctionner sa bouche. Il a été laissé, flottant, alors que les êtres partaient de la salle, probablement pour examiner Parker.

Cet épisode duré quelque chose comme 15 et 40 minutes, Hickson n'est pas du tout sûr de la durée. Il a été totalement convaincu que les êtres sont allés dans une autre pièce examiner Parker. Puis les êtres sont à nouveau entrés dans son champ de vision.

Quelques instants plus tard, deux d'entre eux ont traîné Hickson en le soutenant (toujours en flottant), hors de l'objet, avec ses pieds traînant sur le sol, à l'endroit où ils l'avaient enlevé sur la berge du fleuve et l'ont laissé tomber négligemment sur le sol: ses jambes se sont dérobées et il est tombé, incapable de se tenir debout. Il a recherché des yeux Parker, et l'a vu qui se tenait immobile avec ses bras tendus comme s'il était en état de choc.

Parker qui avait perdu et repris conscience à plusieurs reprises, se rappelait avoir été emmener vers le vaisseau, avoir entendu un bruit de sifflement et un déclic, voyant alors la lumière de l'intérieur juste avant qu'il ait été ramené en flottant au dehors. Il a été laissé, debout, sur la berge, ne pouvant pas se déplacer, et regardant vers le fleuve.

Hickson a rampé vers Parker, qui pleurait et semblait très choqué, mais alors il s'est rendu compte qu'il pouvait se tenir debout. Hickson a encore entendu le bruit sifflant ou soufflant ("zipping sound"), s'est tourné et a encore vu les lumières clignotantes bleues qui ont attiré son attention au début. Il a vu l'objet filer vers le haut et disparaître à environ 50 pieds "en moins d'une seconde."

Puisque Calvin Parker resta la plupart du temps sans connaissance, le récit de ce qui se passa vient donc presque uniquement de Charlie Hickson. Lors du premier interrogatoire, il déclara que l'ovni faisait à peu près 3 m de large sur 2,50 m de haut : « II disparut du sol, affirma-t-il, en moins d'une seconde. Les occupants ressemblaient à des robots. Ils agissaient comme s'ils avaient une mission précise à accomplir. Ils n'essayèrent pas de communiquer avec nous. Maintenant, je sais qu'ils n'avaient pas l'intention de nous faire du mal mais, sur le moment, j'ai vraiment eu peur qu'ils nous enlèvent. Ils ne nous voulaient pas de mal, j'insiste, car c'est important. »

Hickson et Parker se sont reposés dans une voiture pendant les 45 minutes suivantes, calmant leurs nerfs fortement éprouvés, essayant de décider quoi faire après. Hickson a bu du whiskey pendant cette conversation dans la voiture. Quand les deux hommes ont commencé à retrouver leur calme, ils étaient incertains quant à ce qu'ils devraient faire. Peu disposé à rapporter leur expérience traumatisante, ils se sont tout de même sentis obligés d'en parler à quelqu'un: ils étaient vraiment convaincus que le gouvernement pourrait vouloir apprendre, ou devait apprendre, ce qu'ils ont considéré comme une invasion extra-terrestre en bonne et due forme de notre planète. Parker a suggéré qu'ils contactent les militaires. Ainsi en dépit de la crainte du ridicule, Hickson a localisé un téléphone payant et a appelé la base aérienne de Keesler à Biloxi, 30 miles à l'ouest de Pascagoula. Un sergent de cette base lui a dit que l'Air Force ne s'occupe pas de rapports OVNIS, et leur a conseillé de signaler leur problème au bureau de leur shérif local. Effrayé par la réaction qu'ils pourraient obtenir de la part des forces de l'ordre, ils ont choisi à la place de se rendre en voiture à leur journal local le Mississippi Press Register.

Parker, qui conduisait, est sorti en expliquant à Hickson qu'il y avait une horloge dans le bâtiment et qu'il voulait savoir quelle heure il était. Trouvant le bureau du journal fermé, ils ont décidé de raconter leur histoire bizarre au shérif, après tout. Ils ont appelé le bureau du Shérif du comté de Jackson, dirigé par Fred Diamond, où son adjoint le Capitaine Ryder, qui a pris l'appel, les a invités à venir lui parler en personne car il se rendait compte en raison de la tonalité alarmée de leurs voix que quelque chose d'important s'était produit. Ils ont été interrogés exhaustivement.

Cette citation est un extrait d'une interview accordée au Mississippi Press, une semaine après l'incident. Tout de suite après leur rencontre avec les extra-terrestres, Hickson et Parker s'étaient rendus aux bureaux du journal, mais ils avaient trouvé porte close. Ils se rendirent alors chez le shérif pour faire une déposition. Richard W. Heiden envoya le compte rendu au magazine Flying Saucer Review (la « Revue des soucoupes volantes »).

Le shérif Fred Diamond et le capitaine Glenn Ryder firent subir aux deux témoins un interrogatoire serré, mais sans résultat. A aucun moment ils ne se coupèrent [contredirent]. Ce qui fit dire à Ryder : « S'ils me mentent, alors ils devraient être à Hollywood. » On procéda à des enregistrements, puis Diamond et Ryder quittèrent la pièce, laissant seuls les deux témoins qui ne se doutaient pas que le magnétophone enregistrait toujours. Ils parlèrent avec une grande agitation de leur expérience. Calvin Parker était tellement bouleversé qu'il se mit à prier quand Hickson s'en alla. Après cette expérience, le shérif fut convaincu qu'ils étaient sincères.

Le lendemain matin, vendredi 12 octobre, le détective Tom Huntley conduisit Hickson et Parker à la base aérienne Kessler à Biloxi, Mississippi, où on leur fit subir un examen radiologique. On ne releva aucune trace de contamination. Ils racontèrent de nouveau l'incident au chef des renseignements de la base. Ce dernier se comporta « comme s'il avait déjà entendu tout cela auparavant ».

Le dimanche 14 octobre, les témoins furent interrogés à Pascagoula par le docteur J. Allen Hynek, de l'université Northwestern d'Evanston, dans l'Illinois, un ancien expert-conseil auprès de l'Air Force américaine, ainsi que par le docteur James Harder, de Berkeley. Ce dernier hypnotisa chacun des deux témoins séparément. Tous deux revécurent la terreur du moment avec une telle intensité que le docteur Harder fit le commentaire suivant : « Ce qu'ils racontent est authentique. Il est pratiquement impossible de simuler une telle peur sous hypnose. »


Le docteur J. Allen Hynek, spécialiste des ovnis, qui a Interrogé les témoins de cette terrible manifestation d'êtres inconnus.



Le docteur Harder, qui a longuement enquêté sur cette affaire.

Le docteur Hynek resta plus réservé. Il déclara seulement : « II est certain que ces hommes ont subi une expérience traumatisante. »

Le 30 octobre, Hickson, sans Parker, qui souffrait d'une dépression nerveuse, fut soumis au détecteur de mensonge à La Nouvelle-Orléans. Scott Glasgow, l'opérateur, après deux heures et demie de tests intensifs, déclara que Hickson disait la vérité. Ce commentaire est étrange de sa part, car toute personne qui conduit ces tests devrait savoir qu'ils ne suffisent pas à établir formellement si un sujet dit ou non la vérité.

Dans son livre Les Ovnis expliqués, Philip J. Klass prétend que sa propre enquête prouva que Scott Glasgow n'était pas qualifié pour conduire de tels tests. Ainsi donc, bien que les journaux aient donné une grande publicité au fait que le récit de Hickson ait résisté au détecteur de mensonge, on ne peut s'en servir comme preuve définitive.

http://www.ufologie.net/htm/pascagoulaf.htm


INTERVIEW ET ENREGISTREMENT DES TEMOIMS PAR LA POLICE:


Ces informations concernant le cas de Pascagoula proviennent d'un article du journal Clarion-Ledger de Jackson, en 1986. La source orifiginale de cette transcription d'interrogatoire est l'ouvrage "Beyond Earth: Man's Contact With UFOs," de Ralph et Judy Blum, pages 29-36.

Les intervieweurs des deux témoins Charles Hickson et Calvin Parker sont le Sheriff Fred Diamond et le Capitaine Glen Ryder.


"Je peux vous le dire ici et maintenant, et je jure devant Dieu, et je suis croyant, le jour ou je décéderais je dirais à tout le monde ce que j'ai vu. Et ce sera le même récit."
-Charles Hickson

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)


Dernière édition par André L. le Jeu 3 Nov - 21:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Mer 31 Mar - 10:49

(suite)

Quand arriva la nuit de Dimanche les gens de la Presse avaient quitté Pascagoula. Le Dr. Hynek était sur le chemin du retour à Chicago, le Dr. Harder rentrait à Berkeley. A ce moment, tout le pays avait appris ce qui était arrivé à Charlie Hickson et à Calvin Parker.

C'était un drôle de moment pour arriver à Pascagoula - comme l'arrivée sur la scène d'un désastre après qu'il se soit produit. Les gens l'ont comparé au moment ou l'ouragan Camile avait frappé la côte. Les shérifs au nerfs d'acier ont dû parler de ce qui s'était produit. Peut-être qu'une semaine plus tard, quand les choses seraient redevenues normale, je n'aurais pas été invité au bureau du shérif pour entendre et copier l'interrogatoire enregistré sur bande magnétique à peine pendant trois heures après que Calvin et Charlie ont vu la lumière bleue clignotante. C'était la première fois dans n'importe quelle rencontre notable avec un OVNI que le témoignage des participants a été enregistré tellement vite, et sur bande.

J'ai essayé d'imaginer les sentiments de Charlie et de Calvin pendant qu'ils racontaient leur histoire. J'avais vu leur état: deux hommes à la limite de l'effondrement qui avaient traversé une expérience pour laquelle rien sur terre ne pourrait les avoir préparées.

L'entrevue a été menée par le Sheriff Fred Diamond et le capitaine Glen Ryder à environ onze heures dans la soirée du jeudi. Elle a commence avec la voix de Charlie:

... bien que je vais être la risée du pays, je vais raconter ce que j'ai vu, et l'expérience que j'ai eue...

Vous avez dit que vous vous appellez?

Charles Hickson. H-i-c-k-s-o-n. Bien que le gens de Jackson County vont se moquer, je vais faire ce que je sais être juste. C'est tout ce que je peux faire. Et je ne m'attends pas à ce que quelqu'un me croie. C'est tout simplement pas croyable.

Il y avait une gravité dans la voix de Charlie. Comme si il devait se forcer à faire sortir les mots de sa bouche, se forcer à les prononcer.

Nous devons juste savoir ce qui s'est passé. Ce qui vous est arrivé, depuis le début.

Et bien, ça sera la troisième fois.

Nous devons juste être sur. Entendre votre histoire. C'est ce qui nous a convaincu.

OK. OK. Calvin et moi, ce garçon - il travaille avec moi - nus sommes descendus vers l'ascenceur à céréales le long du fleuve. Nous avons attrapés quelques poissons par là, quelques perches, pas grand chose. Alors j'ai dit à Calvin, fiston, montons vers le vieux bassin maritime Shaupeter. j'avais pris des poissons rouges par là, et des truites mouchetées.

C'est votre fils?

Non, non. C'est juste un ami. Il est du conté de Jones. C'est de là que je viens. J'ai une ferme et une maison là bas. Bon, donc nous y sommes allé pour essayer un petit moment. Nous nous sommes installés pour pêcher. Je ne sais pas comment - je pense que nous avons du voir la chose au même moment. C'était une lumière bleue. Elle faisait des cercles.

C'était à quelle hauteur?

On ne pouvait pas vraiment dire. Il n'était pas si près. Mais il n'était pas à deux - trois miles de distance. Il était assez près.

Et une lumière bleue - vous êtes étonnés quand vous regardez dans le ciel et vous voyez une lumière bleue. Elle attire vraiment votre attention sur elle. Alors en juste un petit moment, elle vient droit juste au-dessus du bayou. Vous savez, à environ deux - trois pieds au-dessus de la terre.

A quelle distance était-ce?

Vingt-cinq, trente yards. Mais peut-être trente-cinq, quarante yards. You see something like that, it scare you to death! And I couldn't believe it. I started to head for the river-

Y avait-t-il un son?

Un faible bruit de bourdonnement - nnnnnnnn, nnnnnnnn quelque chose comme ça, c'est tout. N'y avait pas d'échappement ou de souffle ou quelque chose de ce genre. Et, vous pensez que vous êtes en train de rêver qu'une chose comme ça se passe, vous savez. Et j'ai commencé à frapper le fleuve. Et Calvin est simplement - il est devenu hystérique.

Quel est le nom de famille de Calvin?

C'est Parker. Calvin Parker, Junior. Il a le nom de son père.

Charlie fit une courte pause, puis poursuivit:

So we was right on the river. It didn't hit the ground. It hovered. And all of a sudden - right in the end of it - this opening was laid up there, and three of them just floated out of the thing. They wasn't on no ground. Alors nous étions droit sur le fleuve. Cela n'a pas touché le sol. Celà planait. Et tout d'un coup - exactement à son extrémité - cette ouverture est apparue là, et trois d'entre eux ont simplement flotté hors de la chose. Ils ne touchaient pas le sol.

Ils n'avaient pas de pieds?

No, they didn't have toes. But they had feet shape... It was more or less just a roundlike thing on a leg-if you'd call it a leg... I was scared to death. And me with a spinnin' reel out there - it's all I had. I couldn't - well, I was so scared - well, you can't imagine. Calvin done went hysterical on me - Non, ils n'avaient pas d'orteils. Mais ils avaient une forme de pieds... C'était plus ou moins comme une chose genre ronde à leur jambe, si vous pouviez appeler ça une jambe. J'ai été effrayé à mort. Et j'étais là avec ma bobine de canne à pêche - c'est tout ce que j'avais sur moi. Je ne pouvais pas - bien, j'étais tellement effrayé - bon, vous ne pouvez pas imaginer. Calvin était tombé en pleine crise de nerfs -

Et alors qu'est ce qui est arrivé? Ils ont marché sur vous?

Ils ont juste - non, ils ont juste glissé vers vers moi. Alors l'un d'eux à fait un peu de son bourdonnant, et les deux autres n'ont jamais fait aucun son.

Quel genre de son?

Juste ZZZZZZ zzzZzZZZ.

Ca sonne comme une machine?

Ouais, comme ça. Ca pourrait avoir été un contact avec les autres. Vous voyez, je ne sais pas. A ce moment j'étais tellement effrayé que je se savais plus rien. Et deux d'entre eux ont juste flotté autour de moi et derrière et m'ont soulevé au dessus du sol.

Par vos bras?

Par mes bras. Avec leurs trucs en pinces. Ils ont du avoir fait quelque chose. J'ai été soulevé du sol.

Pourtant ils n'ont pas utilisé la force?

Pas de force. Ils ne m'ont pas fais mal. Je ne sentais rien.

Et que faisait votre ami alors?

Il s'est juste évanoui. Et ils m'ont fait glissé dans cette chose. Vous savez, comme quand on guide quelqu'un. Tous nous nous déplaçions comme si on flottait en l'air. Quand je suis entré là, ils m'ont eu, vous savez, ils m'avaient eu, là. Il n'y avait aucun siège, aucune chaîne, ils m'ont juste fait flotter. Je ne pouvais pas leur résister, j'ai juste flotté - n'ai senti aucune sensation, aucune douleur. Ils m'ont maintenu dans cette position un petit moment, alors ils m'ont remis droit.

Vous avez dit qu'ils ont utilisé un genre d'appareil sur vous, n'est-ce pas?

Un certain genre d'instrument, je ne sais pas ce que c'était. Je n'avais jamais rien vu comme ça dans ce que j'appellerai des instruments avant.

A quoi il ressemblait? Pourriez-vous le décrire?

Je ne pourrais tout simplement pas le décrire.

Etait-ce comme un appareil de radiologie?

Non ce n'était pas comme une machine à rayon X. Il n'y a pas moyen de la décrire. Cela ressemblait à un oeil. Comme un grand oeil. Il avait une chose attachée après. Il s'est déplacé. Il ressemblaot à un grand oeil. Et il est allé partout sur mon corps. De haut en bas. Et alors ils m'ont quitté.

Ils vous ont laissé dans la machine?

Il m'ont laissé tout seul. Et la position dans laquelle ils m'ont laissé - je ne pouvais pas me mouvoir. Je pouvais seulement bouger les yeux. Et je ne sais pas combien de temps ils m'ont laissé. Je ne sais pas même si j'étais resté conscient mais je pense. Et alors ils sont revenus.

Ils vous ont laissé combien de temps?

Je ne sais pas. Je porte jamais de montre.

Combien de temps diriez vous?

Je dirais vingt à trente minutes. Puis, quand ils sont revenus, ils m'ont à nouveau étendu en plus en arrière.

Vous n'avez pas essayé de leur parler, leur demander ce qui se passe?

Mais j'obtennais juste un bourdonnement de l'un d'entre eux. C'est tout. Ils ne m'ont prêté aucune attention, ni à mes paroles ni à rien.

Ils avaient combien d'yeux?

Il pourrait y avoir eu des yeux mais je n'en ai pas vu. Mais il y avait quelque chose qui sortait droit hors de leur face là où plus ou moins un nez se trouverait sur un visage humain.

Ils avaient des cheveux?

Je ne sais pas. Je jure que je n'en sais rien. C'est un vide dans mon esprit.

Vous les avez regardé n'est-ce pas? Est-ce qu'ils respiraient?

Je vous jure que je s'en sais rien.

Ils étaient grands comment?

Ils avaient environ cinq pieds de haut.

Ils n'avaient pas quelque genre de vêtement?

Pas de vêtement que j'ai remarqué.

Et vous pouvez me dire de quelle couleurs ils étaient?

Ah vous, effrayé comme j'étais -

Ils étaient blanc? pâle, bleu? vert?

Le mieux que je puisse me rappeler, ils avaient l'air assez pâles pour moi -

Une peau plissée?

Ca se pourrait. Ca ressemblait à quelque chose de collant à la peau. Peut-être qu'ils portaient quelque chose, peut-être que pas. Je ne sais pas.

Vous dites que sous le nez il y avait une ouverture?

Comme une fente - et je n'ai jamais vu un mouvement de cette ouverture. Et ils avaient quelque chose de chaque côté de la tête qui ressemblait à des oreilles, mais ne ressemblaient pas aux oreilles que nous connaissons. Et la tête - je n'ai vu aucun cou. Il semblait que la tête repose directement sur le corps.

Etait-ce juste après la tombée de la nuit?

C'était pas longtemps après la tombée de la nuit.

Et ben, pourquoi vous avez attendu aussi longtemps pour nous appeler?

Eh bien, M. Fred, quand je suis sorti de là, je savais que personne ne me croira. Je suis allé au Mississippi Press, j'ai tambouriné à la porte. Il y avait ce gars de couleur assis à un bureau. J'ai dit que je voulais voir un journaliste. Il a dit qu'il n'y aura aucun journaliste avant le matin. J'y ai encore réfléchi. Si j'appelle le département du shérif ils ne me croiront pas. Si j'appelle la police départementale ils ne me croiront pas.

Ben, comment pouvez-vous savoir avant d'essayer?

Ben, je m'excuse pour cela. C'est ce que j'avais cru.

Combien avez vous bu?

Je n'avais pas bu du tout, mais dans les 45 minutes à une heure avant que je vous aie appelé, j'ai bu! Je devais calmer mes nerfs. J'étais en train de devenir fou. Et il faut que je rentre et parle à ma femme. Elle doit être complètement affolée maintenant.

Votre femme va bien. Vous vous rappelez être parti?

Parti où?

Du vaisseau. Quand ils vous ont sorti.

La seule chose que je me rappelle est le jeune, Calvin, juste planté là. Je n'ai jamais vu une terreur pareille sur

le visage d'un homme, comme j'ai vu sur Calvin. Ca m'a pris un moment pour lui faire reprendre son contrôle, et

la première chose je lui ai dit c'était, fiston, il y a pas un chat qui croira ça. Gardons tout ça entre nous. Bon, après plus j'y réfléchissais plus je pensais que je devais en informer des officiels.

Qu'est ce qu'ils ont fait quand ils vous ont laissé partir?

Pouvez vous décrire leur véhicule?

Oui, je peux. C'était d'environ huit pieds de haut. Il n'était pas rond. Il était oblong, comme oblong, et l'ouverture qu'il a eue était à une de ses extrémités. Les seules lumières que j'ai vu sur l'extérieur étaient cette lumière bleue.

Dedans, ils ont quoi comme lumière?

Je n'ai vu aucune ampoule ni rien. C'était simplement illuminé. Mais il faisait vraiment clair.

Charlie told how he's tried to call Keesler Air Force Base and how they told him to call the sheriff. There were a few more questions and the interview was over. Charlie dit comment il a essayé d'appeler la base aérienne de Keesler et comment ils lui ont dit d'appeler le shérif. Il y avait quelques questions de plus et l'interview prit fin.

Le shérif Diamond a demandé à Charlie de revenir le matin pour faire un rapport complet. Charlie a indiqué qu'il ne voulait aucune publicité, et il ne voulait pas affoler sa famille. Puis Diamond et le capitaine Ryder sont sortis et ont laissé les deux seuls hommes dans la chambre avec le magnétophone qui tournait toujours.

La voix de Charlie tremblait quand il a dit à Calvin: "je ne peux plus supporter ça longtemps" et Calvin semblait terrorisé.

CALVIN: Je dois rentrer à la maison et je dois me coucher ou trouver des tranquilisants ou voir le docteur ou quelque chose. Je ne peux plus tenir. Je suis sur le point de devenir à moitié fou.

CHARLIE: Ecoute, quand on en aura fini, je te trouverai quelque chose pour te reposer et que tu puisse bon sang t'endormir.

CALVIN: Je peux pas dormir comme je suis là. J'en deviens dingue.

CHARLIE: Bon, Calvin, quand ils t'ont sorti - quand ils m'ont sorti hors de cette chose, bon sang ont va jamais de la vie sans sortir.

His voice rising, Calvin said, "My damn arms, my arms, I remember they just froze up and I couldn't move. Just like I stepped on a damn rafflesnake." Sa voix devenant plus forte, Calvin a dit, "mes fichus bras, mes bras, je me rappelle qu'ils se sont tout simplement immobilisés et je ne pouvais pas me bouger. Comme si j'avais marché sur un fichu serpent à sonnette."

"Ca ne m'a pas fait ça," soupira Charlie.

A ce moment les deux hommes semblaient de parler à eux-même.

CALVIN: Je me suis évanoui. J'ai jamais pensé de toute ma vie que je m'évanouirais.

CHARLIE: J'ai jamais rien vu comme ça dans toute ma vie. On peut pas convaincre les gens -

CALVIN: Je ne veux pas rester assis là. Je veux voir un docteur -

CHARLIE: Ils feraient mieux de se réveiller et de commencer à y croire... ils feraient mieux de commencer à y croire.

CALVIN: Tu as vu comme cette fichue porte est apparue?

CHARLIE: Je sais pas comment elle s'est ouverte, fiston. Je sais pas.

CALVIN: Elle est juste apparue là et ces f. de p. en sont sortis.

CHARLIE: Je sais. On peux pas croire ça. On peux pas concaincre les gens de ça -

CALVIN: J'ai été paralysé juste moment, Je ne pouvais plus bouger -

CHARLIE: Ils ne le croiront pas. Ils le croiront un de ces jours. Ca pourrait être trop tard. Je savais qu'il y a des gens dans d'autres mondes là haut. Je l'ai toujours su. Je n'ai jamais pensé que ça m'arriverait à moi.

CALVIN: Tu sais bien que je ne bois pas.

CHARLIE: Je sais ça, fiston. Quand j'arrive à la maison je vais me payer un autre verre, pour me faire dormir. Ecoute, pourquoi on reste assis là. Je dois parler à Blanche... Qu'est ce qu'on attend?

CALVIN (paniqué): Je dois rentrer à la maison. Je deviens malade. Je dois sortir de là.

Ensuite Charlie se lève, et Calvin reste seul.

CALVIN: C'est dur à croire ... Oh mon Dieu c'est affreux... Je sais qu'il y a un Dieu là haut ...

Ses paroles, alors qu'il se met à prier, deviennent inaudibles.

Le cas de Pascagoula n'est pas unique. Comme le Dr. Hynek l'a précisé, des gens tout autour du monde, pendant des années, avaient vécu des "rencontres rapprochées" avec des engins bizarre, et, dans de nomreux cas, le contact avec des "occupants."

Mais c'était la première fois que j'avais vu moi-même l'effet profondément inquiétant d'une rencontre OVNI sur deux êtres humains ordinaires. Il était impossible d'être avec Charlie et Calvin - ou d'écouter cette bande - et de ne pas croire que quelque chose de terrifiant leur était arrivée.

http://www.ufologie.net/htm/pascagoulatapef.htm

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Mer 31 Mar - 10:52

(suite)

DESCRIPTION DES ENTITES:



Bien que les êtres aient eu deux jambes, ils ne les ont pas déplacées, ils ont simplement flotté au dessus du fleuve pour le traverser avec leurs jambes collées ensemble. Les exagérations postérieures des médias ont déclaré que les êtres avaient une seule jambe, mais ce n'est pas exactement ce que le témoin avait dit.


Parker et Hickson ont décrit les êtres comme ceci:

"...environ cinq pieds de haut, des têtes en forme de balle de fusil, sans cou, une fente comme bouche, et là où seraient normalement le nez et les oreilles, ils avaient des objets mince et coniques qui sortaient, comme les carottes sur un bonhomme de neige. Ils n'avaient pas d'oeil, étaient gris, avec une peau plissée, des pieds ronds, et des mains comme des griffes."


Hickson a également déclaré ceci:

"Ils n'avaient pas de vêtements. Mais ils avaient des sortes de pieds... Leurs pieds étaient plus ou moins comme une chose ronde au bout de la jambe, si on peut parler de jambes... Fantomatiques et pâles avec une peau froissée, et des projections coniques là où le nez et les oreilles se trouvent normalement... Calvin est devenu hystérique."

Et Hickson a plus tard fournie cette description plus détaillée:

"Leurs têtes sortaient directement aux épaules, ils n'avaient aucun cou, et leurs nez saillait d'environ 2 pouces. Pour oreilles ils avaient quelque chose de semblable au nez. La bouche était juste une fente. Les bras ont ressemblaient a des bras humains mais étaient trop longs comparés aux proportions du corps. Les mains étaient comme des mitaines, et il y avait un pouce (Hickson compara aussi les mains a des pince du type pince de crabe, et les exagérations et confusions de la presse ont transformé les griffes en des pinces de robots). Les jambes sont demeurées ensemble et les pieds ressemblaient à des pieds d'éléphants. Le corps entier était ridé, et ils pourraient avoir eu des yeux mais je ne pouvais pas le dire en raison des plissements de la peau. Les êtres avaient un peu plus de 5 pieds de haut."

Hickson a également indiqué que les "bouches" des créatures ne se sont pas déplacées même lorsqu'elles ont semblé communiquer en émettant des bruits de ronflement.


EVENEMENTS EN RAPPORT:

Alors que les deux hommes étaient toujours dans le bureau du shérif, un ancien pilote a appelé et a indiqué qu'il a vu un OVNI à environ 08:00pm près du fleuve Pascagoula. Un ancien conseiller de la municipalité et plusieurs autres personnes ont également rapporté plus tard leurs observations.

Trois personnes différentes, restées anonymes, qui circulaient en voiture sur la route 90 non loin ont appelé le bureau du Shérif pour signaler une lumière bleue étrange à l'emplacement où les deux hommes ont été enlevés.

28 ans plus tard, un témoin additionnel se présente, selon le journal "Northeast Mississippi Daily Journal" du 21 octobre 2001. Il y a même lieu de croire, puisqu'il était l'un des trois passagers d'une voiture ayant observé cet OVNI ou un OVNI depuis la route 90, que ce témoin soit tout simplement l'un des trois personnes qui ont contacté par téléphone et de façon anonyme le Shérif Ryder comme mentionné ci-dessus.

Deux jours après les événements, un météorologue de Colombia, retraité de l'US Air Force, a signalé qu'il avait capté un écho radar étrange le même jour: il a pensé d'abord que c'était un avion, mais a ensuit constaté que l'objet est resté quelques instant en vol stationnaire et que son radar avait alors été complètement brouillé.

Il y a eu une autre confirmation indépendante possible: à 9:00pm après avoir regardé la TV, Larry Booth de Pascagoula s'est levé pour vérifier sa porte d'entrée avant de se mettre au lit. Il a noté un objet énorme avec des lumières rouges en rotation planant à 8 10 pieds au-dessus d'un réverbère. Il a pensé que c'était un engin expérimental testé par la base militaire locale.

Cinq jours après l'abduction de Pascagoula, un homme a rapporté à la police qu'il conduisait sur la route inter-états 10 entre Mobile, Alabama et Pensacola, Floride, à juste environ soixante ou soixante-dix miles à l'est de Pascagoula, quand son petit camion a été attaqué par un objet venu du ciel et "aspiré" à l'intérieur de cet OVNI, où il aurait été examiné par six petites entités.

Juste quelques semaines après l'expérience de Parker et de Hickson, des pêcheurs et les garde-côtes ont joué à "cache-cache" avec une certaine sorte d'objet métallique sous-marin avec un éclairage ambré dessus, à l'embouchure du fleuve Pascagoula. Ils ont essayé de pousser l'objet qui était assez proche pour le contact avec un crochet de bateau, mais il arrêtait alors sa lumière, s'écartait à une distance sûre, et rallumait alors encore sa lumière. Il a disparu après environ quarante minutes. La Marine des USA a étudié le cas sans tirer de conclusion et sans avoir trouvé une explication claire.

En outre, des années plus tard, des contes indiens antiques d'un vieux journal d'explorateur du 17ème siècle ont été mentionnés: des esprits d'Indiens de Pascagoula qui se seraient noyés dans le fleuve sont censé être entendus chanter et marcher sur l'eau, ils étaient censés être ceux d'un groupe d'Indiens menés par une déesse du fleuve qui était fâchée par la conversion forcée de la tribu au christianisme au 16ème siècle. Elle aurait envoyé la tribu entière marcher vers le fleuve et s'y noyer, en chantant.

D' autres témoignages qui semblent confirmer le récit de Hickson. On sait, par exemple, que beaucoup de téléspectateurs de la région de Pascagoula téléphonèrent, ce soir-là, pour signaler des interférences sur leur poste de télévision. Le même jour, 11 octobre, à 700 km de là, à Hartwell, en Géorgie, un ancien pasteur méthodiste roulait en voiture sur une nationale lorsqu'il vit soudain un ovni atterrir en face de lui. Il aperçut des occupants. Ils étaient habillés de gris argent.

http://www.rael.free.fr/75/inex64/apparition.jpg

La même nuit, à Falkville, dans l'Alabama, une femme téléphona au chef de la police locale pour lui signaler qu'un engin spatial venait d'atterrir dans un champ, près de chez elle. Il se précipita sur les lieux mais il ne vit rien à l'endroit indiqué. Par contre, dans un chemin latéral, il rencontra une créature habillée de gris argent. Il prit quatre photos. Les clichés montrent une créature qui semble être habillée de papier aluminium... L'« extra-terrestre » s'enfuit à toute allure !


ENQUETES:


Calvin Parker, qui avait dix-huit ans au moment des faits.

"Pendant ce temps, les Etats-Unis de l'Ouest connaissaient la grande vague d'OVNIS de l'automne 1973. Pas un jour ne s'écoulait sans que les journaux et la télévision n'aient à couvrir une observation d'OVNIS. Un vaste système de hautes pressions a formé des cieux clairs et des nuits très douces pendant la majeure partie du mois, créant de bonnes occasions pour observer le ciel. Les deux cas exceptionnels dans les nouvelles étaient Pascagoula et Coyne et ils luttaient pour faire les premières pages avec les bulletins OVNIS du middle West. (...) J'ai cherché Hynek et l'ai conduit à Columbus. Je ne l'avais jamais vu dans une telle détresse mentale." - Jennie Zeidman, longtemps collaboratrice de J. Allen Hynek.



Jennie Zeidmann


Elle était senior à l'Université d'Etat de l'Ohio où elle a eu son diplôme en anglais et suivi là des cours par l'astronome et pionnier de l'ufologie J. Allen Hynek en 1953, et ainsi elle est devenue intéressée par le problème OVNI. Elle est devenue la secrétaire de Hynek et son assistante pour les recherches dans les débuts du projet Blue Book quand il était leur consultant en matière d'astronomie, et a continué à travailler avec lui plus de 30 ans jusqu'à ce qu'il décède en 1986. Tandis qu'au début elle était convaincue que tout les rapports d'observations d'OVNIS pourraient trouver une explication banale s'ils étaient vraiment bien étudiés, elle a graduellement découvert que ce n'est pas le cas quand elle a enquêté sur de nombreux cas d'observations. Convaincu que le sujet est digne d'une recherche sérieuse, elle a déclaré que l'explication par des visiteurs extraterrestre ne peut pas être éliminée pour un certain nombre de rapports d'observations d'OVNI. Elle est connue en particulier pour son enquête sur la rencontre par l'équipage d'un hélicoptère avec un engin peu commun à Mansfield, Ohio, en 1973, et pour son témoignage sur la TV française d'une discrète confession faite seulement à elle par J. Allen Hynek qui lui a dit que l'Armée de l'Air des USA avait admis auprès de lui qu'il y avait une opération de récupération d'un engin extraterrestre et de ses occupant à Holloman en 1962.

Un motif de la détresse du Dr. J. Allen Hynek était le cas d'enlèvement de Pascagoula. Bien qu'Allen Hynek n'ait pas aimé l'idée que des êtres extraterrestres enlèvent vraiment des gens, il a étudié ce cas et il ne put rien faire d'autre que d'être convaincu par la sincérité évidente des deux témoins.

Les deux hommes se sont présentés au bureau du shérif à 22:30. Ils ont apporté avec eux deux poisson-chat, seule sorte de preuve apparente de l'histoire qu'ils avaient sous la main, pour montrer qu'ils avaient pêché plus tôt dans la soirée. Apprenant qu'un des hommes avait bu, le Shérif Fred Diamond a ordonné à ses adjoints d'administrer une analyse du souffle. Tout à fait naturellement le shérif qui a entendu la première fois l'histoire des témoins a pensé que c'était une sorte de canular, et pour savoir la vérité, il a mis Hickson et Parker dans une salle qui était équipée discrètement de la possibilité de faire un enregistrement sonore, il espérait ainsi que les deux hommes se démasqueraient, et indiqueraient à leur insu pourquoi ils venaient faire ce récit si étrange. L'enregistrement de leur conversation à ce moment-là a indiqué que les deux hommes ont été véritablement effrayés par leur expérience, le trauma émotionnel ayant été si grand pour Parker que, après que Hickson soit parti de la salle, il a commencé à prier. Finalement il souffrit d'une crise de nerf en raison de cette expérience.

Le Shérif adjoint le Capitaine Ryder a indiqué: "après que j'ai entendu la bande, je les ai crus. S'ils avaient menti, ils devraient devenir acteurs à Hollywood, parce qu'ils sont alors des comédiens hors pair." Sur la bande, Hickson pleurait: "oh mon Dieu qu'est ce qui m'est arrivé? Je n'ai jamais rien vu de pareil dans toute ma vie... Je suis en train de devenir fou... Pourquoi est-ce que ça m'arrive à moi? J'ai fait la guerre et je n'ai jamais eu aussi peur!"

Deux heures d'interrogatoire impitoyable ont suivi, mais Hickson et Parker s'en tenaient fermement à leur histoire, et ont tous les deux insisté pour qu'on les fasse passer au détecteur de mensonges. Ils ont également insisté sur le fait qu'ils ne voulaient aucune publicité. Parker qui tremblait, était presque incapable de se contrôler, et semblait extrêmement secoué par l'interrogatoire.

Hickson a indiqué qu'il avait ressenti que les êtres agissaient "comme des robots," effectuant des actes sur eux selon une programmation précise. Il a estimé que les créatures n'avaient eu aucune intention de les faire souffrir, mais il avait eu peur qu'elles aient voulu les enlever définitivement. Il était convaincu qu'il avait vécu le prélude d'une invasion étrangère complète de la planète et que les créatures allaient revenir ou continuer à observer la planète et à étudier ses habitants.

Hickson, bien qu'il fasse des cauchemars récurrents, et ait des accès de terreur en repensant à ce qu'il avait vécu, s'en sortait avec moins de traumas que Parker, et pouvait travailler avec les enquêteurs qui souhaitaient vérifier la vérité de son expérience. Une séance de détecteur de mensonge de 2 demi-heures, donné par un opérateur de ce genre d'appareils fortement sceptique quant aux "soucoupes volantes," a déclaré que Hickson disait la vérité. Plus tard, le debunker Philip Klass a indiqué que l'opérateur du détecteur de mensonge n'était pas encore certifié et n'avait pas fini sa formation. Un point notable à porter au crédit de Philip Klass est que le test a durée une demi-heure alors que de nos jours ce genre de test dure au moins une journée. Mais Klass passe sous silence le fait que ce sont les deux hommes qui ont demandé à passer au détecteur de mensonges, et que comme le veut la croyance populaire ils étaient bien entendu persuadés que ce genre d'appareil détecterai effectivement sans contestation le mensonge ou la vérité, et n'avaient pas de raison de prévoir un manipulateur inexpérimenté ou un protocole de test qui ne serait pas fiable.

Hickson et Parker sont allés travailler le jour suivant. Ils reçurent sur leur lieu de travail un appel téléphonique du bureau du Shérif, leur demandant de se rendre au poste parce que l'endroit grouillait de journalistes. Hickson a interrogé le shérif au sujet de sa promesse non tenue de ne pas ébruiter l'histoire. Le shérif a répondu n'a pas ébruité l'histoire mais quelqu'un dans son service devait l'avoir fait. Tandis qu'ils en discutaient au téléphone, l'agent de maîtrise de Hickson, Johnny Walker, entendait leur conversation et dit à Hickson de prendre un avocat parce qu'il pourrait gagner de l'argent avec son histoire. Walker prit la liberté de contacter l'avocat de la compagnie qui était également son beau frère, un attorney du nom de Joe Colingo. Colingo est arrivé pour accompagner ses nouveaux clients au bureau du Shérif. Le shérif Diamond a indiqué à Colingo que son département n'avait pas de détecteur de mensonges. En attendant Hickson était inquiet de penser que lui-même et Parker pourrait avoir été irradiés par l'objet. Ils ont été conduit par Colingo et le détective Tom Huntley à l'hôpital, où ils ont appris que l'hôpital n'a pas d'équipement de détection de contamination radioactive.

Le détective Huntley a alors contacté Keesler AFB, et le groupe s'est rendu à cette base aérienne où un groupe de médecins sous conditions sécurisées a examiné Hickson et Parker. Leur rapport médical indique que les deux hommes étaient dans un état grave de stress mental, dû à une expérience traumatique, et que le récit des hommes est probablement correct, et qu'aucune exposition a des radiation n'a été trouvée. Alors les deux ont été interrogés par tous les membres du commandement de la base au sujet de la rencontre. Plus tard la même après-midi Hickson, Parker et le père de Parker ont rencontré Colingo dans son bureau et ont élaboré un contrat. Les débunkers ont plus tard affirmé que ce fait est preuve que l'histoire était un canular, mais bien au contraire Hickson a peu après chassé Colingo pour la raison l'avocat était seulement là pour faire de l'argent, et aucun des deux hommes n'approuva cela.

L'Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens (APRO), fondée en 1952, a envoyé le professeur James Harder l'université de technologie de la Californie dans le Mississippi pour étudier le cas; J. Allen Hynek, qui venait de quitter son poste de conseiller OVNI de l'US Air Force parce qu'il ne voulait plus mentir au public à propos des OVNIS, est également arrivé. Ensemble ils interviewent les témoins. Puis Harder a employé la technique controversée de la régression hypnotique sur Hickson, mais il a dû arrêter la séance parce que Hickson était terrorisé. Il a aussi estimé que Hickson disait la vérité au sujet de l'expérience, il a dit: "je crois leur histoire en raison de la panique absolue qu'ils ont montrée pendant la régression hypnotique. Un sentiment de terreur extrême est pratiquement impossible à simuler sous hypnose." Hynek et Harder ont tous deux considéré l'histoire des deux hommes comme vraie. Avant que J. Allen Hynek ne parte le jour suivant, il a dit à la presse que les deux hommes étaient "absolument honnêtes... Ils ont eu une expérience fantastique." Et Hynek plus tard a été cité tenant ces propos: "il y avait là de façon certaine quelque chose qui n'était pas terrestre."

Tous ce qui ont eu affaire à Hickson et Parker au lendemain de la rencontre ont été convaincus que les deux hommes disaient ce qui était au moins pour eux l'exacte vérité.


L'INCIDENT DANS LES MEDIA:


La presse locale avait publié l'histoire; rapidement suivie par les services de newswires comme l'UPI, et en quelques jours la rencontre de Pascagoula faisait les gros titres des grands médias partout le pays.

L'incident de Pascagoula:

Voici le télégramme de l'agence UPI (c'est un peu l'AFP US) qui a déclenché l'intérêt des médias nationaux américains pour le cas de l'enlèvement de Pascagoula en 1973.

12 OCTOBRE 1973,
UNITED PRESS INTERNATIONAL
240B Créatures 10-12
Nuit LD

Pascagoula, Miss. (UPI) - Deux ouvriers d'un chantier naval qui ont affirmé avoir été transportés à bord d'un OVNI et examinés par des créatures a peau argenté avec de grands yeux et des oreilles en pointe ont été dirigés vers un hôpital militaire vendredi pour un examen visant à vérifier s'ils ont été irradiés. Les officiels ont déclaré que Charles Hickson, 42 ans, et Calvin Parker, 19 ans, ne feraient aucune autre déclaration publique au sujet de leur de étrange histoire jusqu'à ce qu'ils aient pu mieux en parler avec des autorités fédérales. Tous les deux travaillent aux chantiers navals Walker, où Hickson est un agent de maîtrise. Ni l'un ni l'autre des hommes n'a souffert de dommages apparents mais comme mesure de précaution, ils ont été emmenés à l'hôpital de la base aérienne de Keesler dans le voisinage afin de vérifier une exposition à des radiations, ont dit les officiers.

L'adjoint principal du Shérif du comté de Jackson, Barney Mathis, a dit les hommes lui ont dit qu'ils pêchaient sur un vieux quai de la rive Ouest du fleuve Pascagoula vers environ 19:00 jeudi, où ils ont remarqué un engin étrange à environ deux miles de distance émettant une brume bleuâtre. Ils ont dit qu'il s'est rapproché d'eux et a alors semblé planer à environ trois ou quatre pieds au-dessus de l'eau puis:


Calvin Parker, photo UPI.


Trois "quoi que cela ait pu être" en sont sorti, flottant ou marchant, et nous ont porté dans le vaisseau," dit Hickson cité par les officiers de police. "Les choses avaient de grands yeux. Elles nous ont gardés environ 20 minutes, et nous ont alors ramené sur le quai." "Le seul son qu'elles ont produit était un bruit de bourdonnent. Elles sont parties aussi vite que l'éclair."

Le bureau du shérif a reçu plusieurs autres appels pendant la nuit de résidants du secteur au sujet de l'observation d'une "lumière bleue" étrange dans le ciel, et de nombreuses observations d'OVNIS ont également été rapportées dans de nombreuses parties de l'état pendant les quelques semaines précédentes.

Le Capitaine Glen Ryder du bureau du shérif, qui a interrogé les deux hommes dans la nuit de jeudi, a dit qu'il a pensé d'abord "qu'ils se moquaient de moi." "Nous avons fait tout que nous avons pu pour percer à jour une fausse histoires," déclare Ryder, "mais les deux histoires des deux hommes coïncident. S'ils m'avaient menti, ils devraient être à Hollywood." Mathis a indiqué que Hickson a semblé être "un homme raisonnable" et n'est pas un alcoolique, selon son épouse et son employeur. Les autorités ont déclaré que les deux hommes ont indiqué qu'ils n'avaient pas bu quand l'incident s'est produit mais ils ont admis qu'ils ont pris "un verre ou deux après que ce soit fini."

"Ils devaient faire quelque chose pour calmer leurs nerfs," a dit Mathis. Il a cité les paroles de Hickson: "j'étais si terriblement effrayé que je n'ai pas su ce que c'était." Les officiers ont dit que Parker a perdu connaissance quand les trois créatures décrites comme ayant des oreilles et un nez pointus et une peau pâle sont sorties de l'engin. Il a dit qu'il n'a pas repris conscience jusqu'à ce qu'il soit libéré à nouveau sur le quai. Les adjoints ont pris des déclarations écrites des deux hommes, puis les ont mis ensemble seuls dans une pièce avec un magnétophone dissimulé afin de tenter de vérifier l'histoire. Mathis dit qu'il n'y a rien sur l'enregistrement qui indique un canular. Hickson a estimé que Parker et lui sont été l'intérieur de l'engin non identifié pendant 15 ou 20 minutes. Il a dit aux officiers qu'il a été placé sur une sorte de table et examiné de la tête au pied par ce qui a décrit comme étant une chose semblable à un oeil électronique.

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)


Dernière édition par André L. le Jeu 3 Nov - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Mer 31 Mar - 10:55

(suite)

http://www.ufologie.net/htm/pascagoulaclarf.htm

Hickson révélera plus tard qu'il a refusé une grande somme d'argent offerte s'il acceptait de cautionner un livre et un film basés sur son expérience.



Le cas a reçu une attention nationale par la télévision, et Hickson est apparu dans l'émission de Dick Cavett et tous deux passèrent au Mike Douglas Show. Le 15.10.1973, les Nouvelles du Lundi de NBC TV ont couvert les événements dans une nouvelle de 5 minutes, sous le titre "des observations d'OVNIS," y compris un film d'un OVNI pris dans l'Ohio par le caméraman de télévision John Getter de WKTF-TV à Dayton, et le journaliste John Chancellor a couvert la rencontre de Pascagoula: il a rappelé l'histoire des hommes comme "3 visiteurs de l'espaces ont enlevé Hickson et un ami à l'intérieur de leur vaisseau spatial." Calvin Parker a été interviewé et il a décrit les sons émis par les êtres. Hickson a décrit leur apparence physique, et le dr. Harder a énoncé qu'il croit que leur expérience était vraie. Le reportage TV conclu que la véracité de l'histoire est inconnue et que les téléspectateurs devraient juger par eux-mêmes.

En 1976, trois ans après, le dr. Bast de l'hôpital Harvard de Detroit a effectué encore d'autres tests psychologiques avec les deux hommes. Il a conclu que ni l'un ni l'autre d'eux ne souffre de quelque problème de comportement psychotiques, d'hystérie ou de problème cervical ou nerveux. Il n'a pu trouver aucune preuve d'un syndrome de "folie à deux," un comportement dans lequel un sujet atteint de folie peut exercer une sorte de contamination sur une autre personne.

Des recherches tardives par Joe Eszterhas du magazine Rolling Stone ont fournies des informations additionnelles. L'emplacement d'atterrissage de l'OVNI était en pleine vue de deux cabines de péage fonctionnant 24 heure sur 24, et ni l'un ni l'autre des opérateurs n'ont rien vu. En outre, l'emplacement était dans la zone de caméras de sécurité du chantier naval voisin d'Ingalls, et caméra n'ont rien montré pour cette nuit. Mais des doutes sérieux peuvent être émis sur ces recherches tardives: par exemple, elles affirment que les automobilistes de la route 90 voisine devraient avoir vu la lumière bleue la nuit ne l'auraient pas vu. C'est tout simplement faux, et le Sherrif Diamond a expressément répondu à cette allégation en rappelant que son bureau a reçu réellement trois rapports anonymes d'automobilistes qui ont vu la lumière bleue là où les deux hommes ont été enlevés, à quelques cent yards de la route.

A la recherche de quelques informations sur Joe Eszterhas, je me suis vite rendu compte avec stupéfaction, que le type de journalisme qu'il avait pratiqué dans les années 70 au sein de Rolling Stone avant de devenir scénariste à Hollywood était à l'origine de l'expression "gonzo journalism." (1) Il n'y là pas lieu de devoir choisir entre le sérieux de J. Allen Hynek et des policiers, et les "enquêtes" d'un tel journaliste.

L'affaire ne s'est aucunement arrêtée là pour Charles Hickson. Des années après, en toute discrétion, il expliqua qu'il était toujours en contact avec les êtres. Son fils Eddie, à l'âge de 36 ans, expliqua que Charles Hickson avait un objet plat, gris, de la taille d'une pièce de monnaie, qui s'échauffait avant qu'il ne reçoive des messages télépathiques. Hickson continuait à subir des tests psychologiques nombreux car il avait eu au moins deux graves crises mentales. Il eut l'occasion de pratiquer à nouveau des séances de régressions hypnotiques, cette fois de nouvelles images montèrent à la surface: apparemment, il y avait des êtres qui semblaient humains, derrière une vitre dans le vaisseau, qui regardaient passivement les trois créatures étranges qui scannaient Hickson. C'est alors qu'il pensa plus nettement que ces trois créatures étranges étaient en fait des "robots" en ce sens que les vrais occupants du vaisseau seraient ceux d'apparence humaine. Mais les enquêtes à ce moment étaient très discrètes, Hickson ne contactait aucun média et il semble difficile de faire toute la lumière sue ces séquelles.

Il raconta son expérience dans un livre, et lors d'un congrès d'ufologie dans sa région. Il expliquait: "Je sais que ces choses sont étranges et je ne m'attends pas à être cru, mais j'espère qu'un jour vous y croirez." Eddie Hickson n'a jamais pensé que son père puise être fou. Il témoigne de ce que son père avait souvent refusé des montants substantiels pendant des années, parce qu'il avait peur que s'il acceptait de l'argent plus personne ne le croirait. "Je sais au plus profond de mon coeur et de mon esprit que mon père n'a pas inventé ce qu'il a raconté."


DISCUSSION:

Le cas de Pascagoula est présenté par beaucoup de sceptiques et certains ufologues comme étant un canular avéré. L'explication est principalement basée sur le fait qu'il y avait eu d'autres personnes dans le secteur près au fleuve de Pascagoula à ce moment mais personne n'aurait rien vu ou entendu. On propose que s'il y avait vraiment eu un tel objet avec une lumière lumineuse, plus de personnes que seulement Hickson et Parker l'auraient vue. C'est exact, et il y a justement bien eu d'autres témoins dans les environs selon le Shérif Diamond.

Le dr. Robert O'Connell, un astrophysicien du LSU, a été en désaccord avec Hynek. "Il y a probablement une certaine explication mondaine pour expliquer ce cas et pour probablement tous les cas d'OVNIS," déclara-t-il. O'Connell a indiqué qu'il était sceptique pour la plupart des rapports d'OVNI, particulièrement le cas de Pascagoula. "Je ne le conteste pas nécessairement ce qu'ils disent, cela aurait pu être un canular. Le canular pourrait être à deux niveaux: les témoins eux-mêmes ou quelqu'un d'autre leur faisant une farce." "Ce (genre de rapports OVNIS) est connu pour être des canulars." L'argument ici est que parce qu'il y a des canulars OVNIS "de ce genre," l'affaire de Pascagoula est également un canular.

Pour résumer, la théorie du canular échoue ou est faible sur plusieurs points:

Elle ne peut pas expliquer pourquoi les deux témoins étaient aussi effrayé et ont continué à parler de l'incident même lorsqu'ils ont pensé qu'ils étaient seuls et que personne d'autre ne pouvait les entendre. Philip Klass par exemple a consacré 19 pages au cas de Pascagoula, et décidé que c'est un canular, mais ne s'est pas même inquiété de mentionner le fait que quand les deux hommes ont été laissés seuls dans une chambre au bureau du shérif local avec un magnétophone les enregistrant à leur insu, ils ont exhibé la même terreur et qu'ils avaient montré devant les officiers qui les avaient juste interrogés.

Elle ne peut pas expliquer l'étrangeté de l'aspect physique de la créature, qui n'était certainement pas une description appropriée pour un canular persuasif.

Les sceptiques ont prétendu que personne d'autre n'aurait rien vu cette nuit là, mais c'est tout simplement faux. Les policiers eux-mêmes ont du leur rappeler que plusieurs autres témoins ont rapporté leur confirmation visuelle d'une lumière bleue étrange vue depuis l'autoroute dans le voisinage. La détection par radar d'un engin peu commun dans le secteur, suivie du brouillage de ce radar, est également passée sous silence. Les sceptiques ont apparemment oublié de mentionner et d'expliquer tout ceci. Ce que les dits sceptiques ne pouvaient bien sûr pas prévoir, c'est qu'un témoin se présenterait nommément plus de 28 ans après.
Le test par détecteur de mensonge n'est en effet pas une méthode certaine pour détecter la vérité. Mais il faut garder à l'esprit qui si le détecteur de mensonge avait déterminé que les deux hommes mentaient, des sceptiques aurait probablement vu ceci comme preuve certaine de canular. Phil Klass a censément constaté que l'opérateur de détecteur de mensonges qui avait effectué les tests sur Hickson n'était pas certifié et n'avait pas fini d'accomplir sa formation. Mais il est de ma conviction que si le test avait indiqué un mensonge, j'aurais eu beaucoup de peine à persuader Philip Klass que ce serait dû au manque de certification et à la formation inachevée du manipulateur de l'appareil.

Si les deux hommes étaient des fabulateurs, comment sont-ils parvenus à montrer une grande terreur sous la régression hypnotique? Le dr. Harder s'est probablement attendu à obtenir un compte rendu détaillé par l'hypnose, pas un éclat de terreur si intense que l'expérience a dû être interrompue.

En outre, des aspects basiques ont été oubliés par les instigateurs de la théorie du canular. D'abord, les canulars OVNIS connus tel que les histoires d'Adamski par exemple, n'ont pas complètement convaincu l'entourage du fabulateur, et encore moins des scientifiques. Les fabulations changent avec le temps, de nouveaux éléments étant ajoutés et d'autres éléments étant soustrait à l'histoire par son auteur, ce qui ne se produit pas dans le cas de Pascagoula. En second lieu, les hoaxers tels qu'Adamski ou "Bill" Meier tendent à promouvoir leur canular d'une façon très active, ils font quasiment des "tournées" pour promouvoir leur histoire, écrivent des livres, des lettres, des articles la concernant, ce qui est encore relativement raisonnable, mais, a un certain point ils en construisent ce qui devient rapidement presque une petite religion dans laquelle ils tiennent une position centrale. Aucune de ces indications de canular ne s'applique au cas de Pascagoula.

Cet autre affirmation générale par quelque personne non convaincue peut également être immédiatement écarté: "Leur délire OVNIS-Aliens peut raisonnablement être attribué à la session hypnotique elle-même, fertilisés par des cas de Hill et de Pascagoula." Il convient de noter que dans le cas de Pascagoula, les témoins ont rapporté leur abduction sans aucune aide de régression hypnotique. La régression hypnotique a été exécutée après qu'ils aient rapporté l'histoire avec tous les détails , et n'a ajouté aucune information supplémentaire. La régression hypnotique a seulement mis en évidence que les deux hommes ont ressenti une terreur extrême quand l'hypnotiseur a tenté de rétablir leurs souvenirs des événements. S'il doit être précisé que les histoires d'abduction basées seulement sur des régressions hypnotiques sont douteuses, l'emphase devrait être mise sur les cas où la régression hypnotique n'est pas la source de l'événement. On devrait également noter que la morphologie des étrangers dans le cas de Pascagoula n'a justement que peu de ressemblance avec les "petits gris" avec des yeux noirs en amande et des cous graciles qui hantent les cas "post hypnotiques."

L'aspect des êtres a soulevé plusieurs commentaires indus:

Les deux hommes étaient tellement choqués qu'ils désignaient les êtres comme "les choses" occasionnellement, ce que les médias plus tard ont parfois exagéré en "robots," et l'impression a été renforcé par "les griffes" comme mains, qui deviennent bientôt les "pinces des robots."

De plus, parce que le témoin a déclaré que les deux jambes sont demeurées ensemble, d'autres supporters du "phénomène sociologique" l'ont transformé en "des êtres avec seulement une jambe," proposant alors que l'histoire soit un canular "parce que des êtres extraterrestres avec une jambe, c'est un non-sens morphologique." Je cite: "des êtres à une seule jambe ont été rencontrés dans au moins quatre occasions - Pascagoula; (...) la diversité de l'imagination et de l'utilisation de la licence dramatique vue sous forme de phénomène OVNIS soutient que tout ceci n'est que du théâtre," écrit un auteur.

Un commentaire sceptique dit par exemple "on en revient à Pascagoula... pourquoi Charles Hickson a-t-il choisi des momies de l'espace?" Mais Charles Hickson n'a jamais mentionné aucune momie de l'espace. La description de "momies" provient d'une lecture ultérieure peu scrupuleuse, interprétant les dessins de plis de la peau des créatures comme étant des bandelettes de momies. Cela a permis à des sceptiques de mettre en parallèle l'événement avec les films de série B du genre classique "le retour de la momie."

Joe Eszterhas exhuma également un épisode peu glorieux dans la carrière de Charles Hickson: il a été apparemment licencié de son poste d'agent de maîtrise aux chantiers navals d'Ingalls, quand des collègues ont indiqué qu'à plusieurs occasions, incapable de leur rendre de l'argent emprunté, il leur aurait offert des promotions à la place. Pour Klass et Eszterhas cela est une preuve suffisante que les deux hommes ont inventé leur histoire d'abduction.

J'ai également localisé un commentateur allemand qui a attaqué le cas d'une façon inattendue: il a écrit que le Dr. J. Allen Hynek n'était nullement un représentant officiel quand il a étudié le cas, mais simplement un amateur d'OVNI qui venait d'ouvrir son club OVNIS (sic) le "CUFOS". C'est là une façon grotesque de présenter les choses: l'auteur ne mentionne simplement pas quelques autres points pourtant bien connus: le dr. J. Allen Hynek ÉTAIT le scientifique employé par l'U.S. Air Force pour "expliquer" les OVNIS comme étant des phénomènes astronomiques naturel, et il n'était plus dans cette position officielle parce qu'il a découvert que les OVNIS ne sont pas toujours des phénomènes naturels, une conclusion qu'évidemment il ne pouvait pas communiquer aussi longtemps qu'il était le "debunker officiel" de l'U.S. Air Force. Aucun ufologue n'a jamais dit qu'il l'était encore au moment des événements de Pascagoula. Quant au Dr. Harder, le critique allemand affirme que les ufologues font de lui un professeur d'une certaine stature officielle. La simple vérité est que dr. James Harder est en effet un professeur de l'université de technologie de Californie, et que je n'ai pu trouver aucune littérature ufologique le présentant comme un officiel. Il est justement présenté comme ni plus ni moins qu'un membre du groupe privé de recherches ufologiques largement respecté, l'APRO. Je n'ai trouvé absolument aucune affirmation fausse par des ufologues que ces deux investigateurs étaient responsables de quelque mission officielle: en 1973, il n'y avait plus absolument aucune enquête scientifique officielle publique sur le phénomène aux US, et c'est de cela qu'il y a matière à s'offusquer.

Martin Kottmeyer, dans son approche sociologique du phénomène OVNI, se demande si l'histoire pourrait avoir été composée par Hickson pour se mettre en avant publiquement: "indépendant des éléments créatifs du récit de Pascagoula lui-même il n'y a rien dans les profils psychologiques de Charles Hickson et Calvin Parker pour suggérer qu'ils soient possédés de ferveur créatrice. Le profil psychologique de Hickson a montré seulement un niveau moyen d'intelligence et de l'imaginativité. A moins que, sans raison, nous lisions une signification dans l'aspect modérément radical de sa personnalité montrée sur l'échelle conservateur-expérimental, il n'y a rien à dans son background de travailleur en extérieur qui indique un besoin contraignant d'expression personnelle."


CONCLUSION PROVISOIRE:

Le scepticisme se réduit dans ce cas-ci à des attaques personnelles, la présentation de données tronquées, les spéculations basées sur une connaissance déformée du compte rendu des témoins, et des volontés de faire entrer le cas dans les théories pré-établies, de préférence n'impliquant aucun aspect extraterrestre.

Il est évident que des investigateurs, des officiers de police, des médecins de l'Armée de l'Air, les scientifiques qui étaient là et ont parlé avec les témoins ont tous étés convaincus qu'ils ont rapporté des événements qu'ils ont pensé être vrais, et qu'aucun des sceptiques ne s'est confronté le témoin ou n'avait la moindre qualité ou qualification nécessaire pour émettre un jugement.

Une étude pour prouver que toutes les affaires de rencontre du 3ème type seraient des effets de l'imagination indique: "On ne connaît aucune abduction de deux personnes ou plus dans laquelle on a démontré au-delà du doute raisonnable que les percipients ont partagé une expérience identique." Le cas de Pascagoula est justement un tel cas: quoi que ce soit qui ait eu lieu, il n'y a jamais eu la plus légère contradiction entre les comptes rendus des deux hommes.

La rencontre de Pascagoula est un rapport OVNI intéressant. Bien que l'observation et l'enlèvement ne soient que le récit de deux témoins, il y a bien eu là plusieurs autres observations d'objet volant peu communs la même nuit. Les deux hommes n'ont jamais enjolivé leur histoire et elle est toujours restée identique, aucune explication triviale crédible n'a été offerte pour ces événements étranges de la nuit du 11 octobre 1973. Ceci me conduit à penser qu'il y a une possibilité raisonnable que ce qui s'est produit cette nuit là pourrait être exactement ce que les deux hommes ont rapporté.


REFERENCES ADDITIONNELLES:

"The UFO Encyclopedia", ouvrage de John Spencer.
"The UFO Book: Encyclopedia of the Extraterrestrial", ouvrage de Jerome Clark, page 429, Visible Ink Press, Novembre 1997; 1-57859-029-9.
"The Encyclopedia of Alien Encounters", ouvrage de Colin Wilson, pages 259-261, Virgin Books, 1999; 0-7535-0480-4.
"Enquête sur les enlèvements extra-terrestres", ouvrage de Hélène De Brosses, pages 66-67, Plon, 1995; 2-290-04643-4.
"UFOs and How to See Them", ouvrage de Jenny Randles.
"Unexplained Mysteries of the Twentieth Century", ouvrage de Janet and Colin Bord.
"Watch the Skies!", ouvrage de Curtis Peebles.
"Contact at Pascagoula", ouvrage de Charles Hickson and William Mendez, Genesis III Publishing, P.O. Drawer JJ, Munds Park, AZ 86017. .

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)


Dernière édition par André L. le Jeu 3 Nov - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Mer 31 Mar - 10:57

(suite)

la rencontre dans la presse quotidienne:



LA VAGUE DE 1973 DANS L'OHIO:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Cincinnati Post, Ohio, USA, le 17 octobre 1973, en page 1.

Voir également ce dossier.

Le monde entier discute d'OVNIS
A Gulfport, Mississippi, un conducteur de taxi Yellow Cab a dit à des autorités que sa voiture a calé, que ses lumières se sont éteintes et que la radio est complètement tombée en panne à environ 4 heures du matin hier quand il a vu un objet oblong bleu à peu près de la taille de deux voitures atterrir devant lui le long de la route US 90.

Il a dit qu'il a fermé ses portes à clef, s'est couché sur le siège et a ensuite entendu un tapement sur son pare-brise. Il a vu une griffe ressemblant à une pince de crabe, et puis quelque chose qui lui a semblé être une tête avec deux taches brillantes et des fentes au-dessous des taches, a-t-il dit.

Créatures argentées
Xenia, Ohio (UPI): Trois "créatures argentées" non identifiées marchant le long de la route US 35 près de là ont alarmé des automobilistes la nuit passée. Les "créatures" se sont avérées être des farceurs de Beavercreek enveloppés de la tête aux pieds dans du papier d'aluminium avec des antennes improvisées et portant des lumières clignotantes rouges. Un officier de police a repéré les trois farceurs et a attrapé deux d'entre eux. "Ils ont été emmené au poste, photographiés, on a pris leurs empreintes digitales et on leur a dit de ne plus recommencer," a dit un porte-parole de la police.
http://www.ufologie.net/press2/cincinnatipost17oct1973f.htm


LE CAS DE PASCAGOULA DANS LA PRESSE, OHIO, 1973:
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Cincinnati Post, Ohio, USA, le 13 octobre 1973, page 1.

Des hommes disent qu'ils ont été pris à bord d'un vaisseau spatial!

Deux ouvriers de chantier naval disent qu'ils ont été pris à bord d'un vaisseau spatial bleu incandescent par des créatures bourdonnantes avec une peau argentée et froissée. Le shérif Fred Diamond est sûr que "quelque chose leur est arrivé."

"Ce sont des hommes fiables," a dit Diamond. "Ils n'ont eu aucune raison de raconter ceci si cela n'était pas vrai. Je sais que quelque chose leur est arrivé."

"J'ai été effrayé et je suis toujours effrayé et je suis totalement bouleversé à cause de cela," a dit un des hommes, Charles Hickson, 42 ans.

Quoi que ce soit qui s'est produit, cela a eu lieu dans la nuit de jeudi autour de 7 heure du soir tandis que Hickson et Calvin Parker, 19 ans, pêchaient depuis un vieux quai sur la rive occidentale du fleuve Pascagoula près d'ici. Ils ont dit qu'ils ont vu un objet étrange s'approcher dans le ciel, émettant une brume bleuâtre, et puis ont été emmenés à l'intérieur de l'engin par trois créatures.

Les deux hommes ont été interrogés longuement par le bureau du shérif du comté de Jackson mais ils étaient peu disposés à parler aux journalistes. Cependant, ils ont consenti à une brève interview filmée avec une station de télévision de Biloxi (WLOX-TV).

"Tout soudainement nous avons entendu quelque chose comme un bruit de ronflement," a dit Hickson, "et j'ai vu ce qui a ressemblé à une lumière bleue brillante et clignotante. Elle m'a semblé bleuâtre. Tout d'un coup elle a paru s'arrêter."

Il a dit qu'il a semblé "planer" à quelques pieds au-dessus de la terre et "une extrémité s'est tout simplement ouverte... et j'ai vu trois choses en sortir. Elles ont semblé flotter à travers l'eau a quelque pieds de hauteur."

"Avant que je ne le réalise, ils étaient sur moi et deux d'entre eux m'ont tenu par chaque bras et immédiatement j'ai été enlevé du sol. J'ai été très effrayé. Il m'est difficile de me rappeler exactement ce qui s'est produit."

Il a dit qu'il a été porté au "véhicule" où il a été examiné par "un certain genre d'instrument... qui m'a rappelé un grand oeil, qui a couvert mon corps entier."

Il a dit qu'il n'a pas été blessé et "n'a eu aucune sensation quelconque. J'étais simplement impuissant."

Parker, qui travaile également à un chantier naval local, a indiqué qu'il a été porté vers l'engin, mais qu'il a perdu connaissance peu de temps après que les créatures soient apparues et qu'il ne pouvait pas se rappeler ce qui s'est produit ensuite.

Les deux hommes admis aux autorités ils ont pris "un alcool fort" après qu'ils aient été libérés, mais disent qu'ils n'avaient pas bu avant. L'adjoint en chef Barney Mathis a dit qu'ils n'avaient absolument pas été ivres.

Diamond a indiqué que "l'engin spatial" a été décrit comme étant en forme de poisson, d'environ 10 pieds carrés avec un plafond à huit pied. On a dit que les occupants avaient une peau argenté-grise pâle sans poils, de longues oreilles et un nez pointu, avec une ouverture pour une bouche, de grands yeux, et des mains "comme des pinces de crabe."

Ils étaient "vraiment plissés" et le seul son qu'ils emettaient était un "son de bourdonnement, de grondement."

Ni l'un ni l'autre des hommes n'a souffert aucun dommage apparent mais ils ont été menés à un hôpital militaire à la base aérienne voisine de Keesler, pour être vérifier si ils avaient été exposés à de possibles radiations, par précaution. Les officiels de Kessler ont déclaré qu'un examen par des médecins de l'Armée de l'Air n'a trouvé aucune évidence d'irradiation.
http://www.ufologie.net/press2/cincinnatipost13oct1973f.htm

Encore Pascagoula... Revu en 1991:

03-25-91 BILOXI, Miss. Cela fait 17 ans maintenant, mais Charles E. Hickson se rappelle toujours chaque détail de son enlèvement par des aliens à bord d'un objet volant non identifié à Pascagoula en 1973. Hickson, l'un des quatre intervenants à la première conférence internationale sir les OVNIS qui s'est tenue à Biloxi, raconté son expérience unique des OVNIS qui s'est produite alors qu'il pêchait avec son ami, Calvin Parker. Se reposant sur un quai près d'un pont sur le fleuve Pascagoula, Hickson et Parker ont inopinément vu un engin volant rond ou oblong peu commun à environ 30 pieds d'eux. Immédiatement ils ont été approchés par trois créatures semblable à des robots qui ont pris Hickson et l'ont porté à bord de l'engin. "Calvin s'est évanoui donc il n'a pas su ce qui s'était produit, mais j'ai été porté à bord par ces robots. Une fois que j'étais à l'intérieur, un objet est sorti du mur et a semblé balayer mon corps entier de haut en bas. J'ai vu des êtres vivants par une fenêtre mais ils ne m'ont jamais touché et ne m'ont rien communiqué." Les êtres derrière la fenêtre ressemblaient à des humains, avec une peau colorée par la lumière et des dispositifs faciaux normaux. "Je ne savais pas ce qui se passait. Mais je me suis senti suspendu pendant environ une heure ou une heure et demie tandis qu'ils m'inspectaient." Par la suite, les robots ont laissé Hickson à l'extérieur vers la rive du fleuve et l'engin est parti, le laissant dans un état de choc et d'incrédulité. Cependant, sachant que son expérience n'était pas un tour que son imagination lui jouait, Hickson en vient à être sur que ce qui est arrivé à lui était une visite par de véritables êtres extra-terrestres qui sont arrivé sur terre depuis une autre planète ou un autre monde dans ce qui est connu sous le nom d'objets volants non identifiés.

Il a continué à avoir des contacts avec les extra-terrestres au cours des ans et il y aura d'autres activités OVNIS dans un proche avenir. "Il n'y a aucun doute dans mon esprit que les OVNIS existent." A la conférence, qui a attiré plusieurs centaines de fervents des OVNIS à venus de la Gulf Coast et d'autres régions des Etats-Unis, il y avait également l'expert en matière d'OVNIS Antonio Huneeus, un investigateur et chercheur; Budd Hopkins, un auteur d'ouvrages sur les OVNIS que lui-même a observé en 1964; et Stanton Friedman, un investigateur OVNI, scientifique, auteur et réalisateur de films documentaires sur les OVNIS. Huneeus a indiqué que les OVNIS sont un phénomène global et que récemment, depuis la période de Glasnost en URSS, il a pu étudier de nombreuses observations en Russie qui ont été autrefois maintenues secrètes. Des observations se sont produites dans presque tous les pays du monde. Montrant des diapositives de photographies dites être celles d'OVNIS réels, un des problèmes dont tous les investigateurs légitimes d'OVNIS doivent s'occuper lest qu'il y a des gens qui truquent délibérément des photos ou font des réclamations qui s'avèrent plus tard être des canulars. "Nous étudions les OVNIS sérieusement, et nous n'avons peut-être pas la réponse finale, mais nous pensons que nous avons des preuves que certains OVNIS sont réels." Friedman, qui est a étudié le phénomène pendant 32 ans, est convaincu que des engins volants sont effectivement extra-terrestres et que le gouvernement des USA sait que cela est vrai depuis 1947. "Aucun des arguments donnée par les sceptiques ne résiste a un examen sérieux. Les visites d'extra-terrestres sont la plus grande affaire de ce dernier millénaire."

http://www.ufologie.net/htm/pascagoulaexecf.htm


DES NOUVELLES DE PASCAGOULA:
L'article ci-dessous a été publié dans le quotidien The Sun Herald, Mississippi du Sud, USA, le dimanche 5 octobre 2003.


Section Locale

PASCAGOULA
Charivari OVNI il y a 30 ans

Il y a trente ans, avant cette semaine, le charivari OVNI a éclaté.

Des gens ont craint une invasion venue de l'espace. D'autres ont pensé qu'il y avait beaucoup d'agitation pour rien. Tout le monde voulait plus d'informations.

Du point de vue d'un journaliste, je n'ai jamais vu ni avant ni depuis tant de gens pris dans une telle frénésie. C'était à propos d'un rapport par Charles Hickson et Calvin Parker qu'un vaisseau spatial avait atterri sur les rives du fleuve Pascagoula et les avait brièvement pris à bord.

"Tout le monde voyait des OVNIS," se rappelle le rédacteur en chef retraité du Mississippi Press, Don Broadus.

Un conseiller municipal de la ville de Pascagoula a dit qu'il a vu un OVNI lumineux sur le chemin de son bureau à Vancleave, la même nuit que celle du rapport de Hickson et de Parker.

"Ceci est notre histoire et nous sommes attachés à elle," dit E. P. Sigalas.

Bill Gennaro, un Patrouilleur de Pascagoula s'est arrêté sur Beach Boulevard pour parler avec un groupe de personnes et ils ont vu un objet oblong, bleu brumeux, filer vers le Nord.

Environ 3.000 automobilistes de Mobile ont bloqué la roure inter-état 10 quand ils ont entendu parler d'un rendez-vous possible avec les OVNIS le long du Mississippi.

Un chauffeur de taxi de Biloxi a dit qu'un OVNI a fait caler son taxi sur la route US 90.

Les conseillers municipaux de Ocean Springs n'ont pas réussi à faire passer une motion pour rendre illégal qu'un OVNI débarque dans la ville. Le Maire Tom Stennis a accepté un mtach nul et a décidé, "accueillons-les."

Fred Diamond, qui était à cette époque le shérif: "ces hommes ont vu quelque chose. Ils ont subi une expérience épouvantable."

Les fervents des OVNIS et les équipes de nouvelles de partout dans le monde ont appelé et beaucoup sont venus à Pascagoula pour recueillir plus d'informations sur l'incroyable visite par un vaisseau spatial.

"J'estime que nous avons reçu plus de 2.000 appels téléphoniques de journalistes de nouvelles de partout dans le monde voulant des informations, et de gens dans le secteur qui voulaient rapporter leur observation," dit Diamond.

Ce fut une frénésie médiatique. Les réseaux et publications nationales se sont montrés. Les rapports sont devenus sauvages et débridés. Cela est devenu trop à supporter pour les deux ouvriers de chantier banal qui n'avaient jamais demandé une telle chose. Ils ont rédigé un mémo: Plus d'interviews personnelles. Notre mandataire, Joe Colingo, arrangera une conférence de nouvelles la semaine prochaine.

La rencontre spatiale est resté dans les nouvelles pendant des semaines. Hickson est allé parlé sur des émissions comme le "Dick Cavett show." Parker s'est retiré pour mener une vie de reclus.

J'ai suivi ce récit d'OVNI pendant 30 ans et je suis stupéfait de ce que Hickson et Parker ont été tellement constant dans leur compte rendu de ce qui s'est produit le 11 octobre 1973. Etant un journaliste typiquement sceptique, c'est encore trop pour moi.

Gary Holland est le correspondant associé de Jackson County pour le Sun Herald. Il peut être joint au 762-0741 et par email à garyholland77@aol.com.

http://www.ufologie.net/press/sunherald5oct2003f.htm


PASCAGOULA ET AUX ALENTOURS:
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Pascagoula Mississippi Press, Mississippi, USA, le 10 octobre 2003.


Observers Question UFO Experience
Par Donna Harris

MOSS POINT - plus qu'une décennie avant que Charles Hickson ait affirmé avoir vécu une rencontre intergalactique, Fritz Breland a eu sa propre empoignade avec un objet d'un genre non identifié.

"Vous pourriez sentir vos cheveux se dresser sur votre tête," a dit Breland, un pêcheur commercial retraité de Point Moss âgé de 80 ans.

Quoique l'homme de Point Moss ait sa propre histoire d'OVNI, il n'est pas sûr de s'il peut croire les affirmations de Hickson. Cependant, il ne veut pas le traiter de menteur non plus.

"Je ne conteste pas ce qui disent les gens quand ils ont quelque chose à dire," a-t-il dit. "Evidemment, j'ai vu quelque chose, et lui aussi."

L'histoire de Breland, jusqu'ici inédite, a commencé à Gray Bayou sur Three Rivers Lake dans les années 50. Il faisait de l'entretien sur la base de son bateau, quand il a noté que les arbres du côté droit du fleuve Pascagoula avaient perdu leurs feuilles. C'est alors qu'il a remarqué trois objets, comme des nuages flous, filant à travers le ciel.

"Je ne sais pas je l'ai vu parce que cela se déplaçait tellement rapidement," a-t-il dit. "Je ne pourrais pas en jurer, mais il a semblé que cela a fait un bruit sifflant."

Breland pêchait avec son père en tant qu'enfant, et continue ses voyages sur l'eau aujourd'hui. Pas une seule fois il n'a de nouveau vu quelque chose de ce genre, a-t-il indiqué.

"J'ai vu cette une chose que je ne pouvais pas expliquer, mais je n'ai jamais vu la moindre autre chose. Et je n'en avais parlé à personne," a-t-il dit.

Quand l'histoire de Hickson a fait les gros titres des nouvelles nationales, Breland a pensé à sa propre observation.

"A ce jour où je ne suis pas sûr de ce que j'ai vu," a-t-il dit.

Lynn McCoy, habitant de Hurley, un guide d'excursion sur le fleuve de Pascagoula, n'a jamais vu un OVNI près de l'eau. Le Big Foot pied et le monstre du Loch Ness ne se sont pas non plus montrés, mais McCoy dit que cela ne signifie pas qu'ils n'existent pas. Ils pourraient être là dehors dit-il ainsi il ne devrait pas douter de leur existence, juste parce qu'il ne les a pas vus.

"Je ne les ai jamais vraiment recherchés l'un ou l'autre," a-t-il dit.

McCoy pense Hickson et son camarade de pêche, Calvin Parker, ont pu avoir vu un OVNI cette nuit là. "Je n'ai jamais rien vu de tel," a-t-il dit. "Je pense que quelque chose s'est produit. Je ne sais pas ce qui s'est produit, cependant. J'ai entendu qu'ils avaient été vraiment bouleversés."

McCoy a passé des centaines de nuits sur le fleuve sans interférence extraterrestre. "Je n'ai jamais vu quelque chose que je ne puisse pas expliquer," a-t-il dit. "je dis pas qu'ils sont pas là mais moi je ne les ai jamais vus."

Il regarde toujours dans le ciel de nuit cependant, se demandant s'il pourrait avoir un aperçu d'un d'un autre monde. "Ah ouais. Je pense que nous tous faisons cela parfois," il a dit.

Quand Hickson s'est répandu avec son histoire, Regina Hines d'Océan Springs, maintenant un chroniqueur pour le Mississippi Press, était le premier à arriver pour une entrevue avec lui. Elle a rencontré l'ouvrier de chantier naval peu après son abduction et a écrit au sujet de la rencontre.

"Je ne sais pas ce qui s'est produit, mais je pense vraiment que quelque chose leur est arrivé," a-t-elle dit. "Je ne puis pas dire si c'était extraterrestre ou pas, cependant."

Elle a dit qu'elle ne sait pas si elle croit entièrement que Hickson et Parker ont été enlevés par des extraterrestres.

"Those were two pretty frightened men," she said. "I can't say it was a UFO, but it was something." "C'étaient deux hommes vraiment effrayés," elle a dit. "Je ne puis pas dire que c'était un OVNI, mais c'était quelque chose. "

Donna Harris peut être jointe au 934-1495 ou à
dharris@themississippipress.com.
http://www.ufologie.net/press/pascagoulamississippipress10oct2003f.htm

_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
André L.
Admin


Masculin Nombre de messages : 1598
Age : 42
Localisation : En Estrie au Québec
Emploi/loisirs : Ufologie
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Mer 31 Mar - 11:00

(suite)

LE CAS DE PASCAGOULA DANS LA PRESSE QUOTIDIENNE:

L'article ci-dessous est paru le dans le quotidien The Clarion Ledger, Mississipi, USA, le 30 Octobre 2002, et également sur le site web de ce journal.

Dans l'édition sur le site web, les deux illustrations commentées suivantes ont été publiées:



Charles Hickson, de Gautier, tient une illustration qui a été faite pour sa participation au Dick Cavett Show à New York. Hickson et Calvin Parker qui avait alors 19 ans ont été enlevés et examinés par un OVNIS alors qu'ils étaient à la pêche sur Gulf Coast en 1973.



Charles Hickson, un Mississippien toute sa vie, a affirmé pendant 29 années que des robots l'ont pris lui et un ami à bord d'un OVNI pour un examen physique. Hickson indique que ses yeux étaient la seule chose qu'il pouvait bouger. bwatkins@clarionledger.com

D'étranges lumières dans le ciel de Gulf Coast Un récit d'un abducté Par Billy Watkins

GAUTIER — Charles Hickson n'a aucune preuve.

Aucune photographie qu'il ne puisse tirer de sa mallette, aucun papier certifiant son histoire.

Juste sa parole, selon laquelle il y a 29 ans ce mois lui et un camarade de pêche ont été enlevés par un OVNI, examinés par une machine ressemblant à un globe oculaire géant, puis libérés physiquement indemnes.

Il a raconté son histoire sous hypnose, l'a raconté à Johnny Carson sur la TV nationale.

Récemment, tout en buvant son café dans sa modeste maison à Gautier, il a raconté sont histoire à un journaliste de Clarion-Ledger.

Son compte rendu de cette nuit n'a jamais varié. Il a passé de nombreux tests au détecteur de mensonge.

Ce dont Hickson n'a pas parlé publiquement, jusqu'ici, est qu'il croit que ce qui ou ceux qui était dans le vaisseau a continué à garder trace de lui.

"Je pense qu'ils savent où je suis à tout moment," dit-il. "Trop de choses étranges se sont produites."

Hickson, un agent de maîtrise retraité d'un chantier naval avec cinq enfants et un ennemi du non-sens, a 71 ans et passe la majeure partie de son temps à prendre soin de Blanche, son épouse de 48 ans qui souffre d'arthrite rhumatisante. Il combat ses problèmes de santé, y compris les artères obstruées dans son cou.

Hickson indique qu'il est un homme très croyant qui pense que "Jésus Christ mort pour mes péchés."

Que les gens croient son histoire d'OVNI ne semble pas le soucier grandement. "Si vous étiez à ma place en ce moment, je ne suis pas sûr je vous croirais ou pas," il a dit.

Mais d'autres ont vu quelque chose cette nuit là, aussi.

Plusieurs personnes plus tard ont rapporté des lumières étranges dans le ciel du secteur de Gulf Coast juste après le coucher du soleil le 11 Octobre 1973 — environ à l'heure où Hickson et Calvin Parker qui avait 19 ans à ce moment disent qu'ils ont été enlevées.

Mike Cataldo, un officier de marine retraité habitant maintenant à Rotonda West, en Floride, indique qu'il a vu "un objet très étrange sur l'horizon" tard cette après-midi tandis qu'il conduisait sur la route 90, entre Pascagoula et Ocean Springs.

"Puddin' Broadus, qui était à cette époque détective à Pascagoula, m'a dit qu'il avait vu quelque chose filer à travers l'air," dit Glenn Ryder, un ancien capitaine au sein du département du shérif du comté de Jackson qui avait été le premier à interroger Hickson et Parker. "Puddin est mort maintenant, mais c'était un homme décent. Il n'inventerait pas quelque chose comme cela."

"Un garde à Ingalls (les chantiers de construction navale) l'a vu. Un autre type était dans son arrière cour et dit il a vu quelque chose filer au-dessus de sa maison."

"Quand nous les avons étudiés, tous ces rapports étaient alignés sur une droite. Et je vous dirai ceci: après avoir parlé avec eux (Hickson et Parker) cette nuit, je suis convaincu qu'ils ont eu un certain genre d'expérience. Je ne sais pas exactement quoi, mais quelque chose leur est arrivé. Ils étaient tous deux très secoué, particulièrement le garçon."

Parker, qui a maintenant 48 ans, a évité les médias ces dernières années.

"Cette chose vraiment affecté Calvin," indique Hickson. "Il était si jeune... il ne pouvait simplement pas y faire face."

Dans une interview de 1993 par le Commercial Appeal de Memphis, Parker a indiqué qu'il était convaincu que c'étaient les démons, envoyé directement par Satan, qui les ont visités cette nuit là.

Beverly Parker, la belle-mère de Calvin qui vit avec son père à Kiln, indique qu'ils n'ont pas eu des nouvelles de lui "depuis quelques mois." La dernière chose qu'elle a apprise, est que Calvin travaillait dans la construction en Caroline du Nord et "s'en sortait très bien."

L'incident OVNI est "quelque chose dont il ne veut plus parler," dit-elle.

Il est tard ce samedi nuit, et Blanche Hickson est allé au lit. La maison est silencieuse et assombrie, excepté une lampe unique illuminant doucement les lieux.

"Cela ne me dérange pas d'en parler," dit Charles Hickson, installant son corps de 5,8 pieds, 172 livres, dans une chaise confortable. "Je ne cherche pas des gens dehors pour leur en parler, mais c'est quelque chose que je pense que les gens méritent de savoir s'ils demandent."

Hickson commence son histoire:

"Calvin travaillait pour moi au chantier naval Walker, et faisait du sacré bon travail. Calvin et son frère ont en quelque sorte grandit avec mon garçon aîné, Eddie. Certains soirs, après le travail, nous allions pêcher."

"Nous sommes sortis à environ 4 heures ce jour là et nous sommes passés par ma maison pour chercher l'attirail de pêche, puis nous sommes allés chercher de la crevette pour appâts. Nous avons essayé plusieurs endroits et n'avions rien attrapé. J'ai dit, 'Calvin, il y a encore un endroit que je veux essayer. Si là ça ne mord pas, nous laisserons tomber et nous rentrerons à la maison.'"

"Donc nous sommes descendus vers Ingalls et avons commencé à pêcher à un quai. Nous nous sommes assis là pendant un moment, et j'ai finalement obtenu une prise. Je faisait tourner le moulinet et j'ai commencé à entendre ce bruit de sifflement. Comme de la vapeur sortant d'un tuyau."

"J'ai regardé autour de moi, et ça m'a simplement stupéfié. Quelque chose était stationnaire à deux ou trois pieds au-dessus de la terre, probablement pas à plus de 10 ou 15 yards de nous. Il y avait deux lumières clignotantes bleues sur la partie supérieure de l'extrémité qui était vers nous. Je ne pourrais pas dire si elle était ronde ou oblongue. Je pouvais voir un petit dôme sur le dessus, mais je ne pourrais pas voir tout autour de la chose donc je ne pourrais pas dire à coup sûr combien elle était grande."

"J'ai sauté sur mes pieds, regardé au-dessus de Calvin, et il avait un air vraiment bizarre. Alors une porte s'est ouverte et cette lumière brillante est sortie d'elle. Je ne pouvais pas me figurer ce qui se passait. J'ai connu la peur. J'avais combattu 20 mois dans des corps à corps en Corée. La seule chose dont j'ai peur c'est les serpents. Je me sauve quand je vois un serpent. Mais ça ce n'était pas normal."

"Tout d'un coup, ces trois choses a commencé à sortir de cette porte. C'est comme s'ils avaient de la peau d'éléphant. Froissée. Vraiment froissée. Et des oreilles en forme de triangle qui devaient être des sortes d'antennes."

"Ces choses étaient des robots. Ils ont semblé sortir exactement de cette raie de lumière. Ils n'ont jamais touché la terre. Ils se sont déplacés droit vers moi et Calvin. Je ne pouvais pas bouger, ni l'un ni l'autre de nous ne le pouvait. Deux d'entre eux sont venus de chaque côté de moi derrière moi, m'ont pris sous chaque bras. Quand ils m'ont saisi, j'ai paru m'élever à leur hauteur. Ils n'étaient pas aussi grands que moi, mais ils m'ont en quelque sorte mis en position inclinée."

"L'un d'eux s'est emparé de Calvin, et je l'ai vu perdre conscience. Il m'a dit plus tard qu'il s'est évanoui. Ils nous emmené par cette porte, au milieu d'une salle, et je ne pouvais plus voir Calvin. Il n'y avait rien là dedans... juste une lumière vraiment brillante. Je ne pouvais rien bouger sauf mes yeux."

"Ils m'ont lâché. Je ne touchais toujours rien, j'étais en quelque sorte en train de flotter. Tout que je pouvais penser était, 'qu'est-ce qu'ils vont faire de nous?' Je me suis figuré qu'ils nous enlèveraient, et nous ne reverrions jamais nos familles."

"Je n'ai plus vu (les robots) pendant un moment. Puis un globe oculaire, à peu près de la taille d'un ballon de rugby, est sorti du mur. Il s'est déplacé exactement devant mon visage. J'ai vu des cadrans et des instruments se déplaçer autour. Il est allé derrière moi, puis est revenu au-dessus de moi. Alors il a de nouveau disparu dans le mur."

"J'étais complètement hors de moi. J'ai pensé qu'ils allaient me tuer. Les gens penseraient que nous sommes tombés dans le fleuve et que nous nous sommes noyés, et personne ne saurait jamais ce qui s'est passé."

"Cela m'a semblé durer longtemps, mais cela ne pouvait pas avoir été plus que quelques minutes. (les robots) sont venus me ramener dehors. Ils ne m'ont pas jeté au sol, ils m'ont laissé me poser. Et quand ils l'on fait, je suis tombé au sol. Mes jambes étaient très faibles."

"J'ai vu Calvin se tenir debout là, regardant vers l'eau. Il était dans un état de choc. J'ai vu des hommes en état de choc, et si vous ne faites pas quelque chose assez vite, ils mourront. J'ai commencé à sauter vers là où il était, et j'ai vu l'engin partir. Les lumières bleues toujours allumées, je me rappelle cela."

"Quand je suis arrivé près de Calvin, j'ai dû le gifler une fois ou deux. Je l'ai finalement ramené en un état ou il pouvait dire quelque chose. Il a dit, 'Charlie, au nom du ciel qu'est-ce que c'était que ça?' Je lui ai dit 'fiston, je ne sais pas. Mais ils ne nous ont pas tués.'"

Pendant qu'ils rentraient dans la Plymouth de Parker, Hickson et Parker se sont mis d'accord de ne rien dire du tout au sujet de l'incident.

"Je savais que les gens diraient que nous sommes fous et tout ça," indique Hickson. "Mais j'y ai encore repensé et j'ai dit, 'et si c'est une menace pour notre pays?' C'est alors que j'ai décidé d'appeler Keesler (la base aérienne à Biloxi)."

La personne qui a répondu au téléphone à Keesler a dit qu'ils n'étudiaient pas les OVNIS et a suggéré à Hickson d'appeler le bureau du shérif.

C'est alors que Hickson a parlé avec Glenn Ryder depuis le téléphone payant d'une quincaillerie.

"Il a dit, 'je veux vous parler de quelque chose, mais vous devez promettre de ne pas rire,'" se rappelle Ryder, qui a maintenant 63 ans et est à la rettraite. "J'étais sur le point de quitter le bureau, alors cela m'a un peu énervé. J'ai dit, 'si vous voulez me dire quelque chose, alors dites le moi.' Il m'a demandé encore de promettre de ne pas rire, donc je le lui ai promis."

"Il a dit, 'je viens juste d'être enlevé dans un OVNI.' Et, naturellement, j'ai éclaté de rire. Il a été vraiment fâché, donc je lui ai fait des excuses et lui ai dit de continuer son histoire. Je peux dire qu'il était sérieux."

Ryder a convaincu Hickson et Parker de venir en voiture au bureau du shérif. Il a appelé le Shérif Fred Diamond du comté de Jackson, maintenant décédé, pour le rejoindre pour l'interrogatoire.

Ryder se rappelle: "Quand ils sont entrés, Charlie a dit, 'je veux juste vous dire franchement, je viens de boire quelque chose. Je devais faire quelque chose pour essayer de me calmer.'

"Le jeune garçon était vraiment agité. Il n'était pas loin de grimper au mur."

Hickson et Parker ont rapporté aux officiers ce qui s'était produit. Ryder indique que les deux hommes luttaient pour rester calme.

Puis lui et Diamond ont décidé de découvrir la vérité. "Nous gardions un magnétophone dans le tiroir du haut du bureau," indique Ryder. "C'était un petit bureau, donc il enregistrerait tout ce qui y serait dit. Nous les avons laissé aller à la salle d'eau et nous avons décidé de mettre l'enregistreur en marche, puis de les laisser seuls pendant un moment."

"Nous avons fait cela, et quand nous avons écouté la bande plus tard, nous comptions entendre dire, 'mon gars, on les a vraiment bien eu' ou quelque chose de ce genre."

"Nous avons fait cela, et quand nous avons écouté la bande plus tard, nous comptions entendre dire, 'mon gars, on les a vraiment bien eu' ou quelque chose de ce genre."

Mais ce n'est pas ce qu'ils ont dit. Voici la transcription du magnétophone caché.

Parker: Je dois rentrer à la maison et je dois me coucher ou trouver des tranquillisants ou voir le docteur ou quelque chose. Je ne peux plus tenir. Je suis sur le point de devenir à moitié fou.

Hickson: Ecoute, quand on en aura fini, je te trouverai quelque chose pour te reposer et que tu puisse bon sang t'endormir.

Parker: Je peux pas dormir comme je suis là. J'en deviens dingue.

Hickson: Bon, Calvin, quand ils t'ont sorti - quand ils m'ont sorti hors de cette chose, bon sang ont va jamais de la vie sans sortir.

Parker: "mes fichus bras, mes bras, je me rappelle qu'ils se sont tout simplement immobilisés et je ne pouvais pas me bouger. Comme si j'avais marché sur un fichu serpent à sonnette."

Hickson: "Ca ne m'a pas fait ça,"

Parker: Je me suis évanoui. J'ai jamais pensé de toute ma vie que je m'évanouirais.

Hickson: J'ai jamais rien vu comme ça dans toute ma vie. On peut pas convaincre les gens - CALVIN: Je ne veux pas rester assis là. Je veux voir un docteur -

Hickson: Ils feraient mieux de se réveiller et de commencer à y croire... ils feraient mieux de commencer à y croire.

Parker: Tu as vu comme cette fichue porte est apparue?

Hickson: Je sais pas comment elle s'est ouverte, fiston. Je sais pas.

Parker: Elle est juste apparue là et ces f. de p. en sont sortis.

Hickson: Je sais. On peux pas croire ça. On peux pas convaincre les gens de ça -

Parker: J'ai été paralysé juste moment, Je ne pouvais plus bouger -

Hickson: Ils ne le croiront pas. Ils le croiront un de ces jours. Ca pourrait être trop tard. Je savais qu'il y a des gens dans d'autres mondes là haut. Je l'ai toujours su. Je n'ai jamais pensé que ça m'arriverait à moi.

Parker: Tu sais bien que je ne bois pas.

Hickson: Je sais ça, fiston. Quand j'arrive à la maison je vais me payer un autre verre, pour me faire dormir. Ecoute, pourquoi on reste assis là. Je dois parler à Blanche... Qu'est ce qu'on attend?

Parker: Je dois rentrer à la maison. Je deviens malade. Je dois sortir de là.

Hickson quitte la pièce, et Calvin reste seul.

Parker: C'est dur à croire ... Oh mon Dieu c'est affreux... Je sais qu'il y a un Dieu là haut ...

Parker se met à prier. Ses paroles ne dont plus audibles.

Hickson et Diamond se sont entendus pour garder l'histoire secrète.

Quand il est rentré à la maison, Hickson a raconté à son épouse ce qui s'était produit et où il avait été.

"J'étais comme tout le monde par ailleurs... J'avais du mal à le croire," dit Blanche Hickson. "Mais trois ou quatre heures plus tard, j'ai su que quelque chose n'avait pas été normal. J'étais resté éveillé, a essuyer la sueur sur son front. Il sautait sur ses pieds dans le lit. Il a été effrayé à mort."

Hickson est allé travailler le matin suivant. "Je devais mettre mon équipe au travail," dit-il. "Mais dès que j'étais de retour à mon bureau, le téléphone a sonné. C'était un journaliste de Jackson, demandant ce qui s'était produit la nuit d'avant. J'ai tout simplement raccroché."

Diamond a appelé quelques minutes plus tard. Il a dit que l'affaire s'était ébruitée et que son bureau était envahi de journalistes.

"Il m'a demandé de venir et de leur parler, et je lui ai qu'il n'en était fichtrement pas question," indique Hickson.

Hickson a pris deux semaines de congé, espérant que les choses se calmeraient. Elles ne se sont pas calmées.

Les officiels de Keesler l'ont interviewé, lui et Parker. Des journalistes et des astronomes venaient à la maison de Hickson, implorant des détails.

"C'en est arrivé au point où c'était, 'ils sont au courant. Je pourrais tout aussi bien leur dire ce qui s'est produit.' Et je l'ai dit à Calvin," dit-il.

Hickson et Parker étaient partout sur les informations nationales et ont fait le circuit des talk-shows: le Dick Cavett show, le Mike Douglas show, le Tonight Show.

Quelque chose a étonné Hickson: "personne ne riait de nous, du moins pas en face de nous. Je n'ai jamais été ridiculisé. Mes enfants à l'école n'ont jamais été ridiculisé. Ca m'a étonné."

Hickson est devenu ami avec Allen Hynek, un astronome de la Northwestern University et un des investigateurs des OVNI les plus connu au monde alors. Hynek est maintenant décédé.

"Il m'a convaincu de passer une séance d'hypnose," raconte Hickson. "Je n'étais pas très assuré à ce sujet au début, mais je l'ai fait plusieurs fois."

Son histoire était fondamentalement identique lors de chaque session.

"Mais une fois, sous hypnose profonde, j'ai découvert quelque chose qui me donne toujours des frissons," dit Hickson. "Il y avait des gens sur ce vaisseau spatial — des êtres vivants dans un compartiment. Ils ne sont jamais entrés là où nous étions. Et je vous le dis, ils ressemblaient presque à nous [aux humains]."

"La seule chose que je puis imaginer est qu'ils ne pouvaient pas vivre en notre atmosphère, donc ils ont laissé les robots sortir là et nous porter à l'intérieur."

L'incident de Pascagoula n'était pas le premier — ni le dernier — incident rapporté d'un enlèvement. Le premier cas documenté impliquait Betty et Barney Hill, qui ont raconté avoir été pris à bord d'un engin extraterrestres en 1961 alors qu'ils roulaient dans le New Hampshire.

Hickson a visité Betty Hill à Boston quelques mois après sa rencontre. "Son mari était décédé, mais elle a voulu essayer de découvrir si cela avait pu être le même engin," dit-il. "De ce qu'elle m'a décrit, je lui ai dit que je ne le pensait pas."

Peter Davenport, directeur du National UFO Reporting Center à Seattle, a étudié les deux cas intensivement.

"C'était le cas de Pascagoula qui a joué un rôle crucial en convainquant mon prédécesseur (Robert J. Gribble) de mettre en place ce centre," dit Davenport, un diplômé de l'université de Stanford avec des diplômes en Russe et en biologie.

"Il disait que des cas comme celui de M. Hickson et M. Parker l'ont incité à se rendre compte qu'il devait y avoir un lieu centralisé où les gens pourraient appeler et rapporter des choses qu'ils avaient vues."

Plus de 2.400 observation ont été rapportés au centre cette année, le dernier provenant d'un photographe des nouvelles télévisées à Albany, New York, la semaine dernière.

Davenport se rend compte que beaucoup de gens croient que les OVNIS sont à peu près aussi réels que la petite souris qui cherche la dent de lait.

Il n'est pas de ceux-là. Quand il avait 6 ans, Davenport avait été témoin d'un objet rouge lumineux, de la taille d'une pleine lune, planant comme un feu rouge dans le ciel nocturne au-dessus d'un cinéma drive-in à St Louis. "Les gens étaient sortis de leurs voitures et se dirigeaient réellement courant vers lui," il dit. "En quelques secondes, il a accéléré et était parti au-delà de l'horizon."

"Mon père l'avait vu avec des jumelles depuis la tour de l'aéroport où il travaillait. J'ai toujours pensé que c'était étrange qu'il ne se souciait pas d'en parler."

Davenport peut citer de nombreux cas inexplicables, y compris les lumières de Phoenix de 1997. "Des dizaines de milliers de personnes ont été témoin d'objets agissant d'une façon tout à fait bizarre au-dessus de l'Arizona," dit-il. "Les objets ont été stationnaires, puis ont volé à vitesse supersonique à travers l'espace aérien de au moins trois aéroports principaux."

Il dit qu'il y a cinq ans, "des personnes haut placées" du gouvernement des États-Unis ont demandé une réunion avec lui à Washington.

"Ils ont demandé à ne pas être identifiés," indique Davenport, "et ils étaient en retard de 32 minutes à la réunion. Mais quand ils y sont arrivés, ils ont dit, 'comme courtoisie envers vous, nous voudrions d'abord vous dire notre position sur les OVNIS. Un, nous savons qu'ils sont réels. Deux, ils semblent être des engins sophistiqués sous contrôle intelligent. Et, trois, nous nous en soucions.'"

"Ceci a confirmé tout ce que j'avais suspecté jusqu'alors. Je ne pense pas que je suis fou. Je ne pense pas que je suis idiot. Et je crois que le phénomène des OVNIS est réel."

Il en va de même pour John Podesta, ancien chef du personnel de Clinton à la Maison Blanche. Juste la semaine dernière, Podesta a déclaré qu'il va diriger un groupe d'action pour accéder aux dossiers gouvernementaux secrets au sujet des OVNIS.

"Il est temps de fournir à des scientifiques les données qui aideront à déterminer la vraie nature de ce phénomène," a-t-il dit.

Le jour de la fête des mères de mai 1974, Hickson revenait d'une réunion familiale dans le comté de Jones avec son épouse, leur plus jeune fils (Curtis), leur fille (Sheila) et l'homme auquel elle était alors mariée.

"Il était presque minuit," dit Hickson, "et je j'avais remarqué une lumière en arrière de nous. J'ai fait signe à Sheila, qui se reposait sur le siège avant près de moi, et j'ai dit, 'jette un oeil par la fenêtre et regarde si cette lumière n'est pas en train de nous suivre.'"

"Elle a regardé hors de la fenêtre et s'est figée. Blanche l'a vue et a commencé à crier."

Quelques secondes plus tard, un engin en forme de soucoupe planait à 150 pieds au-dessus, et vers la droite, de leur voiture.

"Je l'ai vue de mes propres yeux," dit Sheila Hynum de Vicksburg, qui avait alors 18 ans. "Maman était tellement effrayée, elle criait."

"C'était une chose terrifiante à voir," dit Blanche Hickson. "Cela m'a terriblement affectée. Ca m'a anéantie. Nous avons arrêté la voiture et Charles voulait sortir, mais je ne voulais pas le laisser faire. Nous étions tous là à l'attraper et à le retenir."

"Il a plané là un moment, puis a juste disparu."

Charles Hickson, dont le livre de 1983 "OVNI: Le contact à Pascagoula" sera révisé en Novembre, dit que ce n'était pas la première observation qu'il a eue depuis la rencontre initiale.

Tandis qu'il chassait l'écureuil en Février 1974, il s'était mis à genoux près d'un arbre pour manger un sandwich. A travers les fourrés, dit-il, une partie d'un engin était visible. Soudainement, il a entendu une voix.

"C'était comme un signal par radio ou quelque chose à l'intérieur de ma tête," dit-il. "Ils ont dit, 'dites aux gens que nous ne vous voulons aucun mal. Vous avez supporté. Vous avez été choisi. Il n'y a pas besoin d'avoir peur. Votre monde a besoin d'aide. Nous aiderons avant qu'il ne soit trop tard. Vous n'êtes pas prêts à comprendre. Nous reviendrons encore bientôt.'"

"J'ai ramassé mon fusil et je suis rentré tout droit à la maison."

La même voix, avec le même message, est venue à lui encore un mois plus tard dans son cour arrière. Depuis lors, dit-il, toute crainte l'a quitté.

"Je veux aller sur ce monde - quoi que soit l'endroit d'où ils viennent," dit-il. "Je ne pense pas qu'ils m'y emporteraient s'ils ne pourraient pas me ramener. Et s'ils décident jamais de détruire ce monde, ils pourraient sauver quelques personnes. Je voudrais penser que je serais l'un de ceux-là."

Il est bien plus de minuit maintenant, Hickson se lève de sa chaise, quitte la pièce, et revient avec une grande enveloppe brune. Il en retire plusieurs radiographies et les montre à son invité journaliste.

"Vous voyez cette petite chose comme un point derrière mon oeil (droit)?" dit-il, tenant l'image au-dessus de la lampe. "Je pense qu'ils ont implanté quelque chose là dedans. J'ai été à l'hôpital de VA à la Nouvelle-Orléans deux fois. J'ai vu un spécialiste du cancer à l'université de Tulane. Personne ne peut comprendre ce que c'est."

"Moi, je pense qu'il est peut-être leur moyen de garder ma trace. Cela ne fait pas mal. N'affecte pas ma vision. Ca a simplement été trouvé quand ils prenaient des photos des artères dans mon cou."

"Etrange, n'est-ce pas?"

http://www.ufologie.net/press/clarionledger30oct2002f.htm

--------------------------------------------------------------------------------

OCTOBRE 2001: UN NOUVEAU TEMOIN:

Sources: L'article a été publié par le journal "Northeast Mississippi Daily Journal" de Topelo, par Natalie Chambers - October 21, 2001.

UN RETRAITE DE LA NAVY DECLARE QU'IL A AUSSI VU LE VAISSEAU SPATIAL IL Y A 28 ANS:
PASCAGOULA [AP] - Quand Charles Hickson et Calvin Parker ont fait savoir au monde qu'en 1973 ils ont été enlevés par des extra-terrestres alors qu'ils pêchaient sur le fleuve Pascagoula, peu de gens les ont crus.

Maintenant après 28 ans, il semble qu'ils n'étaient pas les seuls dans leur expérience de cette nuit du 11 Octobre.

Un officier en chef de l'US Navy en retraite a récemment contacté la presse du Mississippi au sujet d'une observation qu'il n'a pas pu oublier.

Mike Cataldo de Rotonda West, Floride, dit qu'il faisait partie de l'équipage de pré-commissioning de l'USS Tunney en construction au chantier naval d'Ingalls. Le crépuscule tombait alors que ses équipiers Ted Peralta et Mack Hanna et lui étaient sur la route inter-Etats 90, se dirigeant vers Ocean Springs. Peralta conduisait, Hanna était dans le siège de passager avant et Cataldo était dans le siège arrière.

"Nous avons vu un objet très étrange à l'horizon venant du Nord-Ouest à travers la route 90. Il était assez rapide. Il est descendu dans une zone boisée et dans le marais. Il a plané au-dessus de la ligne des arbres, je dirais, pendant peut-être une minute. Nous nous sommes, de fait, arrêtés au bord de la route et l'avons observé. Nous nous sommes dits, "Bon Dieu, qu'est-ce que c'est que ça?" dit Cataldo.

"Nous l'avons vu, aucun doute là dessus. Nous en avons parlé. Était-ce une étoile filante, une météorite? C'était très différent," a-t-il dit.

Cataldo a indiqué que l'objet ressemblait à un grand tambourin avec de petites lumières clignotant dessus.

"Aussi rapidement que nous l'avons vu, il a juste disparu," a-t-il dit.

Cataldo a indiqué qu'il a vécu une deuxième observation quelques minutes plus tard, cette fois dans la rue Andrews alors qu'il s'approchait de sa maison.

"Il n'était pas haut aussi haut que la première fois que nous l'avons vu. Il était réel," a-t-dit.

Cataldo a indiqué qu'il s'est précipité pour dire à son épouse ce qui s'est produit.

"Je faisais presque de l'hyperventilation. Je n'étais pas choqué, mais j'ai été excité d'avoir vu cette chose," a-t-il dit.

Le matin suivant, Cataldo a contacté son officier exécutif sur le sous-marin et a rédigé un rapport.

Le lundi suivant, il est entré en contact avec la base aérienne de Keesler à Biloxi et laissé son numéro de téléphone, a-t-il déclaré.

"Mon officier exécutif et des membres d'équipage ont pensé que nous étions juste lunatiques, juste cinglés," a-t-il dit.

"Il n'en a plus jamais été question. Keesler n'a jamais appelé ou fait quoi que ce soit," a-t-il dit.

Cataldo à pris sa retraite de la Navy il y a 19 ans. Son domicile était à Jackson County en 1974.

Cataldo dit n'avoir jamais rencontré ou parlé à Hickson.

Hickson dit que ni lui ni Parker n'ont voulu que leur histoire soit donnée aux médias. Leur seul objectif était d'informer les autorités compétentes, soit le département du shérif.

"Il y a eu des gens qui ont dit qu'ils n'y croyaient pas, mais je n'ai jamais été ridiculisé de quelque façon que ce soit et ma famille non plus. C'est une raison pour laquelle quand cette chose est arrivée la première fois à Calvin pour laquelle je n'ai pas voulu en parler parce que je n'ai pas voulu qu'on dise que je soit fou. Mais il me semblait que nous devions le dire aux autorités compétentes," a dit Hickson, 70 ans, qui habite à Gautier.

Le reste est de l'histoire.

"Cela nous auraient pour sur aidés s'ils avaient dit quelque chose," a-t-il dit.

Hickson a écrit un livre consacré à cette rencontre, il fut interviewé à de nombreuses reprises par la communauté scientifique et participa à des séminaires consacrés aux extra-terrestres. En 28 ans, il n'a jamais dévié de son affirmation de cette occurence survenue derrière le vieux bâtiment des chantiers navals Shaupeter sur le fleuve Pascagoula - même sous hypnose.

Parker, qui avait 19 ans alors, a eu des difficultés à faire face à ce qui s'était produit. Il habite maintenant en Louisiane.

"Il n'est plus le même homme qu'avant. Cela l'a complètement brisé," dit Hickson.

Hickson a décrit les trois créatures qui les ont enlevé du rivage comme pâles, d'aspect fantomatiques et d'à peu près 5 pieds de haut. Ils avaient des griffes ou des pinces semblables à celles des crabes et des pieds arrondis. Il a dit qu'ils ont semblé glisser plutôt que marcher.

Hickson a indiqué qu'il a été enlevé à bord de l'engin spatial ovale et bien éclairé et examiné avec une sorte "d'oeil."

"D'une certain façon, ils m'ont examiné. J'ai eu le sentiment depuis que cela m'est arrivé qu'ils savent où je suis et ce que je fais à tout moment," a-t-il dit.

"Ces choses sont des robots. Je n'ai vu aucun oeil. Il n'y avait eu aucune indication de respiration. Il n'avaient même pas une bouche. C'était une fente droite. Il semble qu'ils avaient quelque chose et qu'ils l'ont tout simplement fait. Ils nous ont ramené là et ils sont partis," dit-il.

Hickson a indiqué qu'il ne sait pas combien de temps il avait été avec les extra-terrestres mais il voudrait une autre rencontre avec eux.

"Quand cela s'est produit la première fois, je ne voulais plus sortir seul la nuit. J'avais des cauchemars. Mon épouse m'a vraiment aidé à surmonter cette chose," a-t-il dit. "La crainte est partie maintenant. Je veux les rencontrer à nouveau et voir s'ils me porteraient vers leur monde. Je pense que s'il faisaient cela, ils me ramèneraient. Notre monde ici est dans un état catastrophique."

Glenn Ryder, capitaine du département du shérif qui était de service la nuit ou Hickson à appelé, dit que ce fut une nuit agitée, autour de 23:00 quand Hickson a appelé d'un téléphone public et insistait pour parler au Sheriff Fred Diamond, qui à ce moment dormait.

Ryder a indiqué que Hickson a alors demandé la deuxième personne responsable. Qui s'est avéré justement être Ryder. Hickson a dit à Ryder qu'il avait quelque chose à raconter mais qu'il craignait que Ryder ne rie.

Ryder lui a dit de parler et quand Hickson eut fini, il rit en effet.

"Je lui ai dit d'attendre là et je viendrais et lui parlerais. Il a dit qu'il allait de nouveau chez lui et m'a donné l'adresse et dit que je pouvais venir," indique Ryder.

Hickson et Parker furent interrogé longuement séparément, puis mis dans une pièce isolée ou un magnétophone à bande avait été dissimulé pour les prendre au piège.

"Ce garçon (Parker) était vraiment très secoué. Charles se maîtrisait. Le garçon était juste descendu ici du Comté de Jones, il avait toujours vécu dans la campagne. Sur la bande, il répétait à Charles de ne pas nous parler. Il disait que si (Charles) nous parlait au sujet de ce qui s'était produit ils allaient revenir et les capturer," dit Ryder.

"Une chose mena à une autre. Nous nous sommes rendus sur le site à Shaupeter, ou Colley Towing se trouve maintenant. Il nous montra ou cela avait atterri et ou ils fut pris."

Ryder dit qu'aucune trace physique d'un atterrissage - marques de brûlures ou traces de pas - ne fut trouvé.

Il dit qu'après que l'histoire fut diffusée il reçu des appels des Etats-Unis, de l'Angleterre et du Canada.

"Ils étaient sacrément convaincus que quelque chose leur est arrivé," dit-il.

Ryder dit qu'il y avait eu d'autres appels à propos de l'observation d'une lumière filant dans la nuit, mais seuls Parker et Hickson ont rapporté avoir été pris à bord de l'engin spatial.

http://www.ufologie.net/htm/pascagoulapress03f.htm


_________________
Le fait qu'un phénomène dépasse les explications rationnelles et outrepasse nos conceptions de la réalité ne devrait pas nous permettre d'ignorer son existence ou nous empêcher d'explorer ses dimensions et sa signification.
(Citation de John E. Mack)
Revenir en haut Aller en bas
http://andrela107.wordpress.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)   Aujourd'hui à 18:10

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi (1973)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (1973) L'enlèvement de Pascagoula, Mississippi
» (1973) Objets Volants Non Identifiés une série de témoignages
» OBJECTIF 2000 - 1973
» L'enlèvement et le Jour de Noé
» Une femme met en scène son enlèvement pour tester son mari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ufologique :: Témoignages écrit d'observations d'ovni et témoignages écrit d'enlèvements effectué par des extraterrestres-
Sauter vers: